Aller au contenu principal

Des vœux 2020 engagés, fusionnés, dansés ou décalés

Publié le : 21 janvier 2020 à 21:30
Dernière mise à jour : 23 janvier 2020 à 11:28
Par Anne Revol

La période des vœux bat son plein dans les collectivités, sur fond de vigilance à quelques mois des élections municipales. Un contexte de communication qui n’empêche pas de faire passer des messages. Picorons quelques exemples dans le cru 2020 repérés pour leur propos engagé, leur approche artistique ou leur « originalité »...

Dans les mêmes thématiques :

Des vœux engagés en Loire-Atlantique

En ce début 2020, le département de Loire-Atlantique a choisi d’exprimer un message fort en souhaitant « une bonne année sans préjugés ». Engagé contre toutes les discriminations et candidat à la double labellisation AFNOR Égalité/Diversité, il accompagne ses vœux 2020 de quatre films de 20 secondes sur le thème des préjugés. Conçus sur la base de scripts travaillés en interne et avec le concours de l'auteur Nicolas Martinez, et réalisés par Magenta Films, ils sont diffusés via la e-card de vœux du département, sur les réseaux sociaux et courant janvier dans 117 salles de cinéma du territoire.

Mise à l’honneur des femmes de Villiers-le-Bel

« Femmes de Villiers », c’est le titre du film de vœux 2020 de la municipalité de Villiers-le-Bel. Il rend hommage aux femmes beauvillésoises et à leurs qualités à travers le portrait de cinq d’entre elles : Corinne, enseignante en école maternelle, Yldiz, animatrice sociale, Aminata, mère de famille nombreuse, Michèle, retraitée, et Bérénice, étudiante. Elles racontent simplement leur quotidien et leur rapport à Villiers-le-Bel. Un film qui met en lumière ces femmes qui jouent un rôle essentiel dans le vivre-ensemble.

Des vœux fusionnés

Les départements du Haut-Rhin et du Bas-Rhin ont profité des vœux 2020 pour rappeler la création de la future Collectivité européenne alsacienne, prévue par la loi du 2 août 2019 pour le 1er janvier 2021.

Des vœux également sous le signe de la fusion pour les départements des Yvelines et des Hauts-de-Seine. Leurs présidents ont placé en tête de leurs souhaits pour 2020 l'aboutissement de la fusion de leurs deux collectivités, pour l’instant non actée par la loi.

Le territoire « dansé »

Parmi les nombreuses vidéos mettant en images les territoires à l’occasion des vœux, certaines privilégient l’approche artistique pour donner à voir les différents lieux. Nantes a par exemple donné, comme en 2019, carte blanche au réalisateur nantais Brahim Yaqoub, qui a pour spécialité de filmer les corps en mouvement.

La ville d'Annecy propose une chorégraphie comme fil rouge de son film de vœux 2020. « La danse et la culture comme un lien entre les six communes et les habitants, comme un fil d’Ariane qui nous mène dans différents lieux de la commune nouvelle. »

La carte de vœux, un support qui transmet des messages…

Les versions print des vœux de certains édiles ne sont pas passées inaperçues cette année. La ville de Puteaux a par exemple étonné avec sa carte de vœux « lumineuse ». Sur le thème des fêtes de fin d'année de la ville, elle est ornée d'une matriochka dorée dominant la façade de la mairie, et s'illumine grâce à trois piles boutons. À l’heure de la prise de conscience environnementale, l’opposition a dénoncé « une aberration écologique ».

À Baillargues (Hérault) aussi, la carte de vœux est décalée, ce qui devient presque un pléonasme. Car chaque année, le maire rivalise d’imagination pour souhaiter ses vœux à ses habitants. String, préservatifs, etc., chaque fois un cadeau accompagne le message. À quelques mois des municipales, il offre plus sagement, mais plus malicieusement, une boussole avec le message : « En 2020, ne perdez pas le nord. Ne vous laissez pas bercer par le chant des sirènes. » À l’intérieur de la carte, ces sirènes personnifient les principaux partis politiques extrémistes aux côtés d'équipages incarnant les principaux partis politiques. « La boussole, c'est pour qu'ils n'aillent pas se perdre dans les extrêmes. Mais surtout qu'ils aillent voter », explique Jean-Luc Meissonnier au Parisien. L’édile sera à nouveau seul candidat dans sa ville en mars prochain.

À lire aussi :
Cérémonie des vœux, peut-on la maintenir en janvier 2020 à quelques semaines des élections ?
Lire la suite