Aller au contenu principal

Les communicants de l’enseignement supérieur évaluent leur métier et ses transformations

Publié le : 17 septembre 2019 à 10:48
Dernière mise à jour : 17 septembre 2019 à 21:48
Par Cap'Com

Les communicants de l’enseignement supérieur, qui exercent leur métier dans les universités et les grandes écoles privées ou publiques, observent régulièrement les évolutions de leur métier. Et la 8e édition de l’Observatoire de ces métiers conduit cette année à un constat : « Le métier se transforme, se digitalise et assoit sa place au sein des équipes de gouvernance. »

Dans les mêmes thématiques :

L’enquête, réalisée en avril 2019 par l'Association des responsables de communication de l’enseignement supérieur (Arces) auprès de 216 de ses membres, révèle aussi que trois quarts des membres de l’Association des responsables de communication de l’enseignement supérieur exercent leur métier dans un établissement public, université ou établissement d’enseignement public. Rien d’étonnant donc si à la tête de l’association Sandra Démoulin a remplacé cet été Claire Laval Jocteur, toutes deux en fonction dans des universités.

Pour autant, les communicants de l’enseignement supérieur font-ils face aux mêmes défis que ceux des collectivités publiques? Oui pour ce qui concerne les outils et l’organisation de leur service. Mais dans les missions, des différences notables apparaissent. La communication interne est la priorité des communicants de l’enseignement et certaines missions sont bien spécifiques à ce milieu professionnel, comme la concurrence entre les établissements, l’internationalisation des filières ou encore le financement de l’établissement.

À lire aussi :
Une nouvelle présidente pour le réseau des communicants de l’enseignement supérieur
Lire la suite