Aller au contenu principal

Que va-t-il se passer pour vous après le 22 mars 2020 ?

Publié le : 3 février 2020 à 08:32
Dernière mise à jour : 6 février 2020 à 14:06
Par Marc Cervennansky

Vous la sentez, vous aussi, cette atmosphère d’entre-deux, de flottement, d'incertitudes… ? Eh oui, les échéances électorales approchent. Et avec elles les bouleversements possibles dans les services com. Changements d’élus, nouvelle majorité politique, hypothétique remplacement de directeur ou directrice de la communication… Il est temps de vous y préparer.

Dans les mêmes thématiques :

Par Marc Cervennansky.
@Cervasky

Après le 22 mars 2020, tout est possible, tout est réalisable. Attendez-vous même à ce que l’éventuel nouveau maire ou président vous demande : « Créez-moi une page Facebook pour toucher les jeunes » ou bien « Vous faites quoi, vous ? Les réseaux sociaux ? Ah oui, vous vous amusez, quoi », « On a un compte sur Snapchat ? Ça serait bien d’en créer un vite fait », « Vous pouvez mettre mes discours sur YouTube ? », « Donnez-moi le mot de passe du compte Twitter, que je puisse publier directement », « Pourquoi on n’a pas d’appli mobile ? »…

Après le 22 mars 2020, certains d’entre vous vont devoir travailler avec de nouveaux interlocuteurs qui arriveront avec plus ou moins de certitudes sur ce que doit être la communication publique, notamment sur les supports numériques. Ils vont vous fixer de nouveaux objectifs, de nouvelles missions.

Pour ne pas avoir à subir des choix inopportuns ou des réorientations de votre travail, faute d’avoir bien compris ce que vous faisiez jusqu’à présent, il est peut-être judicieux de bien préparer cette étape d’échanges, afin d’aborder le nouveau mandat dans les meilleures conditions possibles.
Comment ? En établissant le bilan objectif de vos actions, de vos réussites, de vos projets, de vos échecs aussi.

Dans la communication numérique, il est aisé de fournir des résultats mesurables : nombre de visites mensuelles de votre site web, rubriques les plus consultées, nombre d’abonnés de votre page Facebook, niveau moyen d’engagement, etc. Tous ces chiffres, les réseaux sociaux vous les fournissent nativement. Pour Instagram, il existe même le précieux Observatoire socialmedia des territoires qui vous fournira des informations pour comparer vos performances avec celles d’autres collectivités.

Apportez des solutions, pas des problèmes

Attention, il ne s’agit pas d’abreuver votre interlocuteur de chiffres, mais de lui donner une vision claire et synthétique de la présence de votre collectivité dans l’écosystème de communication numérique. Quelques graphiques, quelques chiffres-clés mis en avant, l’analyse de quelques tendances observées. Évoquez également vos projets et les moyens souhaitables pour les mettre en œuvre.

Bâtissez un tableau de bord. En un coup d’œil, votre élu, DGS ou dircom doit identifier les principaux résultats de vos actions et être guidé dans ses futurs choix.

Mais avant tout, sachez que votre nouveau donneur d’ordres n’aimera probablement pas être placé face à un problème qu’il doit résoudre seul. Vous aurez davantage son écoute et son attention si, au-delà des questions que vous lui soumettrez, vous lui proposez aussi des solutions, auxquelles vous avez réfléchi au préalable, avec leurs tenants et aboutissants.

Vous montrerez ainsi votre connaissance du sujet et votre capacité à être constructif. Au lieu de vous voir imposer un choix auquel vous ne vous attendiez pas, suggérez à votre élu ou votre nouveau responsable une liste d’options que vous aurez mûrie et préparée, tout en lui laissant le choix de la décision finale.

Rendez-vous dans quelques semaines pour vérifier la pertinence de ces propositions ?

Illustration : Reshot.com – A military pilot in water survival training.