webleads-tracker

Aux carrefours du numérique | Cap'Com, Le réseau de la communication publique et territoriale

Aux carrefours du numérique

À l’image du digital dans le monde de la communication publique, les carrefours numériques sont devenus des rendez-vous incontournables du Forum annuel de Cap’Com.
Au sommaire de l'édition 2013 de La Rochelle : la problématique complexe de la modération sur les réseaux sociaux, la co-construction de services avec les habitants grâce au numérique, la “gamification” ou communication par le jeu et, enfin, le communicant face aux enjeux du big data. Vertigineux.

Réseaux sociaux : tous concernés

Quoi de plus logique pour traiter des enjeux et pratiques de modération sur les réseaux sociaux qu’une démarche participative ? Ce premier carrefour numérique a donc pris la forme d’un “barcamp” : dix tables, traitant chacune d’une thématique. À l’animation, dix spécialistes de la communication numérique territoriale : Franck Ménigou, Jean-Renaud Xech et Thomas Biarneix de Toulouse, Étienne Henry d’Angers, David Tabary de la région Nord Pas-de-Calais, Hugues de Domingo du GPV Rive Droite Bassens-Cenon-Floirac-Lormont, Franck Confino de l’agence Adverbia, Rolande Placidi, avocate au barreau de Strasbourg, Benjamin Teitgen de Besançon et Marc Cervennansky de la communauté urbaine de Bordeaux.

Un auditoire curieux,  attentif et surtout participatif a pu défricher et débattre toutes les problématiques liées à la modération sur les réseaux sociaux : charte de modération, gestion du “bad buzz” et des “trolls”, risques en période préélectorale, évaluation et tableau de bord, organisation interne…

Un beau brouhaha dans l’espace restauration de L’Encan à La Rochelle témoignait de l’intérêt que suscite encore et toujours la présence des collectivités sur les réseaux sociaux. Quant a ce nouveau format de carrefour numérique, il a visiblement suscité l’adhésion des participants.

Vers une démocratie numérique ?

Co-construire des nouveaux services avec les habitants, c’est possible, comme l’ont démontré dès le lendemain matin Laurent-Pierre Gilliard, directeur général adjoint de l’AEC (Aquitaine Europe Communication) et Laurence-Marine Dupouy, chef de projet à la direction du numérique de la Communauté urbaine de Bordeaux.

Des e-pionniers de la participation dotés de tablettes numériques pour une nouvelle forme de relation entre le citoyen et la collectivité, des living labs pour imaginer les services urbains de demain avec des entreprises, laboratoires et collectivités du territoire, des appels à projets open data pour inventer des services innovants à partir des données publiques… Autant de pistes qui nous font entrevoir de nouvelles manières d’aborder la communication publique.

Communiquer par le jeu, est-ce sérieux ?

Pas convaincu par la gamification et les serious game ? Pour toucher du doigt les mécanismes mis en action pour le jeu, le public a directement été mis à contribution en manipulant des cartes et en échangeant avec ses voisins afin de réunir un jeu de 4 cartes différentes. Sébastien Celerin, auteur et éditeur de jeux expliquait ainsi les mécanismes mis en œuvre par l’interaction et l’amusement… au service du partage, de l’échange et de la communication.
Un mécanisme illustré par l’exemple grâce à Eric Legale, directeur d’Issy Media, qui montrait comment transformer la ville en espace ludique avec un jeu de piste numérique organisé au printemps 2013. “Issy s’accélère” avait permis à près de 200 personnes de partir à la découverte des outils numériques de la Ville… en s’amusant.

Big data : le nouvel eldorado de la connaissance ?

Après une vidéo qui posait avec impertinence et humour la problématique de l’utilisation des données personnelles et des enjeux du Big data, Joël Rubino, président de la société Apicube, expliquait au travers de cas concrets les incroyables opportunités de réutilisation des données disponibles : entre autres, la surveillance des réseaux sociaux pour anticiper les débordements des supporters du PSG, l’analyse des sentiments des habitants de l’agglomération de Toulouse pour mieux répondre à leurs préoccupations et enfin l’analyse en direct de l’adéquation entre les programmes des candidats à l’élection municipale de Paris et les sujets de discussions des habitants.

Nous le voyons au travers de ces quatre carrefours : derrière le numérique, se cachent des réalités et des enjeux très différents auxquels sont confrontés les communicants. Des enjeux qui dépassent souvent le cadre stricte de la communication et impliquent une nécessaire acculturation de l’ensemble des agents des collectivités territoriales. Un constat conforté par les résultats de l’étude présentée par Lecko lors du forum Cap Com, sur l’impact du numérique sur les services communication.

Auteur: 
Marc Cervennansky et Benjamin Teitgen