webleads-tracker

Décentralisation et communication publique - Conférence d'ouverture Forum Cap'Com 2012 | Cap'Com

Décentralisation et communication publique - Conférence d'ouverture Forum Cap'Com 2012

Analyse de la communication publique
Publié le : 
5 mars 2013

Retour vers le futur

1982-2012 : les 30 ans de décentralisation et de communication territoriale étaient au cœur de l'ouverture de ce 24è Forum Cap'Com. C'est l'occasion d'un regard historique sur le mouvement décentralisateur et la communication territoriale et d'un regard prospectif à travers une réflexion sur la poursuite de la décentralisation.

Conférence proposée le 12 décembre 2012 en ouverture du Forum Cap'Com à Montpellier

Intervenants : Bernard Deljarrie, délégué général du réseau Cap'Com - Jean-Christophe Boyer, conseiller spécial au cabinet de Marylise Lebranchu, ministre de la Réforme de l'État, la décentralisation et la fonction publique, conseiller général, maire de Laval. Ancien dir'com de département - Denis Muzet, sociologue, président de l'Institut Médiascopie.  Enseignant au Master de Communication politique et sociale, Paris I Sorbonne.- Jean-Noël Jeanneney, historien et homme politique.

Contenu : compte-rendu des interventions, conférence en version audio, article paru dans la newsletter Cap'Com

Résumé de la conférence :

Bernard Deljarrie ouvre le Forum, clap à la main : "Moteur". Gaston Defferre répond à Michel Debré via  la diffusion d'un retour en image : "Non, M. le député, avec ces lois de décentralisation nous ne passons pas d'une conception unitaire à une conception fédérative de la République." À la tribune, Jean-Christophe Boyer, conseiller spécial de Marylise Lebranchu, et ancien dircom, livre la primeur du projet de loi de "modernisation de l'action publique". Jean-Noël Jeanneney nous ramène à la Révolution Française et à ses forces centralisatrices, puis à la Troisième République qui, avec Ferry et Gambetta, n'était pas aussi univoque qu'on pourrait le penser. Dans une langue d'une élégance rare, quasi mozartienne, il nous raconte comment la République unitaire consolidée, elle pouvait sereinement s'administrer de manière décentralisée. Aujourd'hui on en parle de la décentralisation, de manière dépassionnée mais avec des mots qui ne sont pas forcément les bons. Trop techniques, trop conceptuels. Les Français veulent qu'on soit concret et collectif, nous explique Denis Muzet. Aux communicants de construire le récit…

Évaluer ce document: 
0