webleads-tracker

Dépôts sauvages de déchets : Besançon surprend ses habitants en caméra cachée | Cap'Com, Le réseau de la communication publique et territoriale

Dépôts sauvages de déchets : Besançon surprend ses habitants en caméra cachée

créé le : 
29/11/2017

Pour lutter contre la recrudescence des dépôts sauvages de déchets et d’encombrants, la ville de Besançon a joué un tour à ses habitants en caméra cachée et a posté la vidéo sur les réseaux sociaux.

Une femme venant à peine de déposer ses sacs d’ordures ménagères devant une poubelle rappelée à l’ordre haut et fort par une agent du service propreté de la ville excédé. C’est la scène à laquelle ont assisté il y a quelques semaines de cela les passants sur une grande place de Besançon. Des échanges animés, filmés et postés sur le compte Facebook de la ville de Besançon et sur Youtube. Avec la complicité de comédiens improvisateurs professionnels de la compagnie locale Catégorie Libre, Besançon a ainsi joué un tour à ses habitants pour leur faire prendre conscience du problème des dépôts sauvages de déchets et encombrants en augmentation. Leur nombre est passé de 1 300 par an à 7 500 en 5 ans.

Un « prank » pour s’adresser aux jeunes

« Nous avons beaucoup d’étudiants qui déménagent. Nous avions besoin de sensibiliser avec des outils qui parlent aux jeunes », explique Stéphan Raphaël, dircom de la ville de Besançon. Pour toucher ce public moins sensible aux traditionnelles campagnes d'affichage, le service communication s’est tourné vers un format très populaire sur les réseaux sociaux : le « prank » (« le tour » en français), une vidéo courte tournée en caméra cachée dans laquelle quelqu’un se met en scène en essayant de provoquer une réaction chez la personne piégée.

À Besançon, l’altercation entre les deux comédiens a effectivement fait réagir les passants qui ont pris à partie la fausse riveraine au comportement incivil : « Si tout le monde faisait comme ça ! », « La ville n’est pas une poubelle »,  « Ramassez vos poubelles ! »,« La vie de ma mère, je te laisse pas repartir sans tes poubelles ! ». Une manière de faire prendre conscience aux habitants du problème des déchets sauvages en les rendant directement témoins des incivilités, et aussi acteurs, le temps d’une séquence. » « Pour la petite histoire, il y a même un des passants qui a proposé à la comédienne de prendre ses poubelles et de les emmener pour les jeter dans son bac à son domicile », nous raconte le dircom.
Sur la vidéo, le dialogue des comédiens et les réactions des passants apparaissent en surtitres surlignés sur l’image à la manière de ce qui peut se faire dans des émissions comme Le Petit Journal ou maintenant Quotidien. « Nous utilisons des choses que les gens ont l’habitude de voir », explique Stéphan Raphaël.


 

Proposer des solutions concrètes

Et ça marche. Le premier prank posté mi-octobre affiche 65 000 vues sur le Facebook de la ville (qui compte 60 000 abonnés pour 120 000 habitants.) Le deuxième prank posté le 3 novembre affiche déjà 15 000 vues.

Après un travail d’identification des situations rencontrées avec le service propreté, les deux vidéos ont été réalisées et montées avec les moyens internes dont dispose le service communication. Un happening, non filmé, a également été organisé lors de la Braderie d'automne de Besançon avec les mêmes comédiens, mais avec cette fois l’apport de solutions pour éviter les dépôts sauvages. « Nous allons sortir début décembre une troisième vidéo qui donnera des solutions concrètes mais toujours de manière décalée », complète le dircom.

Auteur: 
Cap'Com