webleads-tracker

Dunkerque sur tous les écrans du monde | Cap'Com, Le réseau de la communication publique et territoriale

Dunkerque sur tous les écrans du monde

créé le : 
05/09/2017

Le nom de sa ville en 4 par 3 partout dans le monde : un rêve de communicant public ! Une réalité pour Dunkerque depuis cette été, avec la sortie sur les écrans de cinéma de la superproduction éponyme de Christopher Nolan. Retour sur cet incroyable coup de projecteur international, et sur la manière dont les collectivités dunkerquoises l’ont accompagné.

C’est avec l’avant-première à Londres le 13 juillet dernier du film « Dunkerque » que la mise en lumière de la ville et de son histoire a commencé à prendre toute son ampleur. Il faut dire que le film de guerre du réalisateur star de la Warner Christopher Nolan relatant l’opération Dynamo – l'évacuation spectaculaire de 400 000 soldats britanniques entre le 21 mai et le 4 juin 1940 – était l’un des long-métrages les plus attendus de 2017. Du pain béni pour le territoire, qui a accueilli l’an dernier le tournage de cette surperproduction sur les lieux mêmes de cet épisode historique de la Seconde Guerre mondiale.

Tournage du film sur les plages de Dunkerque en 2016 (crédits : ville de Dunkerque)

« J'ai pris mes fonctions à Dunkerque entre le tournage et la sortie du film, raconte Thomas Roussez, directeur de la communication de la ville. J’ai pu constater l’enthousiasme qu’avaient déjà les habitants et le nouvel intérêt pour l’histoire de la ville, cette envie de comprendre et de se réapproprier l’événement historique. C’est un éclairage national et international incroyable car on a su assez tôt que le film s’appellerait "Dunkerque" (Dunkirk en anglais, NDLR). Cela répondait à un objectif de notoriété. On aimerait que tout le monde sache positionner Dunkerque sur une carte. »

l'affiche officielle du film

Une notoriété largement portée par Christopher Nolan et les producteurs de Warner Bros

Plusieurs mois avant la sortie du film le réalisateur et la Warner organisent des opérations de promotion et de pédagogie.
En décembre, pour lancer la première bande-annonce officielle, Christopher Nolan organise un direct Facebook de 24h depuis la digue et le port de Dunkerque, permettant à plusieurs dizaines de milliers d'internautes à travers le monde de découvrir des images des plages dunkerquoises.

Fin mars 2017, le réalisateur a également organisé un voyage de presse pour faire comprendre que l’histoire de son film n’était pas une fiction et que l’opération Dynamo était un fait historique réel. Une trentaine de journalistes venus de 25 pays différents ont été rassemblés à Londres, puis transférés en hélicoptère jusqu’à Dunkerque où Joshua Levine, historien spécialiste de l’opération Dynamo et conseiller de Nolan sur le tournage, et Emma Thomas, épouse du réalisateur, leur ont expliqué le caractère décisif de cet épisode de la Seconde Guerre mondiale dans la victoire des alliés.« En matière de discours, on aurait pas fait mieux en envoyant nos élus » reconnaît Thomas Roussez. « Une communication portée par ailleurs avec des moyens qu’on a pas, c’est confortable ». Pour autant, le dircom nous confie que travailler avec la Warner n’était pas aussi simple qu’il l’aurait pensé : « C’est finalement plus compliqué de travailler avec la Warner, qui a un protocole et des circuits de validation dantesques, qu’avec un ministère ou certaines institutions. Par exemple nous voulions diffuser un porte-clef. Il a fallu faire valider le visuel du porte-clef en l’envoyant à Warner France, qui l’a envoyé à Warner Angleterre puis à Warner Monde puis à Christopher Nolan. Et le visuel a été refusé. Cela a pris une semaine. »

Communauté urbaine et ville travaillent l’attractivité et la fierté des habitants

Si les collectivités dunkerquoises se sont glissées dans les chaussons de la Warner, notamment pour ce qui concerne les relations presse, elles ont communiqué sur leur territoire pour répondre à deux autres enjeux majeurs autour de la sortie de ce film : l’attractivité et la fierté des habitants. La Communauté Urbaine de Dunkerque (CUD) et la ville ont travaillé ensemble pour proposer de nouveaux lieux de mémoire et des animations en lien avec l’histoire de l’opération Dynamo et le tournage du film.

La CUD a procédé à la création et la remise en état des équipements de mémoire. Agrandissement, modernisation et révision de la scénographie du musée Dunkerque 1940 – opération Dynamo (géré par une association et installé dans les locaux qui avaient accueilli à l’époque les soldats anglais), transformation du bateau "Princess Elizabeth" - célèbre little ship ayant participé à l’opération Dynamo - en restaurant et en espace de réception, et création d’une œuvre d’art contemporaine - "le Sablier" - dont les grains de sables symbolisent les soldats embarquant 1 par 1 sur les bateaux. « La plupart des médias sont venus au musée sous prétexte de la sortie du film. Puis ils sont revenus pour traiter de la vraie histoire de Dunkerque : c’est déjà très bénéfique ». La CUD a également réussi a récupérer des décors qui devaient être détruits et a constitué une expo gratuite ouverte depuis le 10 août. Les touristes sont nombreux à être venus, comme en témoignent les chiffres de fréquentation d'équipements touristiques. Pour renforcer l’attractivité de Dunkerque en cette saison estivale, la CUD a aussi diffusé dans les salles de cinéma le clip de promotion des plages dunkerquoises « Ze plage to Be » avant le film Dunkerque.


Les touristes comme les habitants ont pu profiter des animations mises en place par la ville de Dunkerque « Au départ, nous avons fait un appel à projets pour les festivités avec deux axes : célébrer l’histoire de Dunkerque et célébrer la ville par le cinéma », explique le dircom. « Une trentaine de projets sont remontés, comme par exemple une expo photos comparative de lieux de Dunkerque en juin 1940 et en juin 2017 qui montre la capacité de la ville à se reconstruire, ce qu’on appelle l’esprit de Dunkerque. La capacité des Britanniques à rebondir, c’est aussi celle de la ville ». L’enjeu : travailler l’identité et la fierté dans une ville dont 70 % des habitants ne sont pas natifs, qui ne connaissent pas l’opération Dynamo. Faire connaître cet épisode, non comme une défaite ou une retraite précipitée (ce que l'historiographie française a plutôt retenu après guerre), mais comme une victoire, premier pas vers le débarquement de 1944 et la victoire définitive de 1945.

Une des animations des festivités "Opération Dynamo - Souviens-toi" (crédits : ville de Dunkerque) Avant-première ouverte à la population au cinéma de Dunkerque le 17 juillet 2017 (crédits : ville de Dunkerque)

Après une avant-première « VIP » avec l’équipe du film à Dunkerque le 16 juillet, une deuxième avant-première a été ouverte à la population au cinéma de Dunkerque le lendemain. « Nous avons eu plus de demandes que de places. On a senti un vrai sentiment de fierté de cette ville qui fait rêver partout dans le monde ».

Thomas Roussez et son homologue de la CUD Jean-Pierre Triquet ont travaillé de manière coordonnée et complémentaire pour communiquer autour de la sortie du film. « Nous avons constitué un programme de festivités et diffusé un supplément spécial "Dunkerque 1940 – opération Dynamo. Souviens-toi !" regroupant les séances, les équipements de mémoire, les festivités. » La mise en place des animations, la diffusion du programme et l’affichage sur les supports de la ville représentent un budget de 70 000 euros.

Communication et cinéma : un alliage gagnant

Pour Thomas Roussez, auparavant plutôt sceptique par rapport au rapprochement entre communication et cinéma, le 7ème art est un vrai outil de notoriété mais aussi de fierté. Son service dispose d’un pôle cinéma (2 personnes à temps plein) depuis 2015 aux côtés des pôles dédiés à l’animation et aux supports de communication. « Cela nous permet d’accueillir un tournage (film, clip, série, vidéo web) environ 20 % du temps : à titre d'exemple, nous avons encore tout récemment accueilli le tournage de clip de Vianney et de Bertrand Cantat ».
La ville est déjà habituée à être le décor de productions à succès. Elle a accueilli l'an dernier le tournage de la série de Canal + Baron Noir qui suit le parcours politique du député-maire de Dunkerque, Philippe Rickwaert, campé par Kad Merad. La première saison a été suivie par près d'un million de spectateurs par soirée qui ont pu admirer de belles images de de Dunkerque. La saison 2 est actuellement en cours de tournage dans la ville.
« L'effet Nolan a clairement accéléré l’intérêt des professionnels du cinéma pour Dunkerque et a enclenché la dynamique » ajoute le dircom. « Quand un tournage débarque, ça nous apporte évidemment des retombées économiques, ajoute le dircom. C’est souvent ce que voient les élus. Nous, on voit l’effet fierté, et l’effet sur l’image que la ville a d’elle-même. »

Auteur: 
Cap'Com