webleads-tracker

On était censé changer les choses | Cap'Com, Le réseau de la communication publique et territoriale

On était censé changer les choses

créé le : 
13/11/2017

 « On était censé changer des choses. Depuis quand les choses nous ont changé ? On était censé rien faire comme les autres. Est-ce que tout le monde mentait ? ». Cette citation est d’Orelsan, le rappeur caennais. Elle est tirée de la chanson La fête est finie, de son dernier album éponyme.

Certainement parce que j’avance en âge et sans doute aussi par un penchant assez spontané vers la mélancolie, je suis resté un peu bloqué (hommage au programme du même nom, avec le même rappeur) sur ces interrogations. Et, assez logiquement, je me suis dit que ces questions pouvaient également se poser pour nous autres de la communication publique, toujours prompts à déclarer notre goût pour l’intérêt général et l’humain et à afficher notre farouche volonté d’améliorer la société (pour faire court) et les relations humaines alors qu’en définitive, nous ne faisons que renforcer, certes souvent avec talent et innovations, ladite société et ses modes de fonctionnement. Définitivement, si l’on cherche des révolutionnaires (pacifiques s’entend) ou de vrais iconoclastes, ce n’est sans doute pas dans nos professions qu’il faut aller à la pêche, on ne trouverait que du conformisme qui a bien du mal à se camoufler sous un discours qui se veut pourtant transformateur, voire parfois militant. Mais après tout, est-ce si grave ? On changera le monde dans une autre vie …

Ensuite, je me suis dit qu’il fallait donc que je fasse un texte sur le sujet et, là encore parce que mes anniversaires sont des espèces en voie de raréfaction (hommage à mon ami Jean-Luc Epallle, auteur de cette formule), j’ai pensé à lister des conseils pour mes collègues juniors. Et puis, j’ai écouté jusqu’au bout l’album d’Orelsan, jusqu’à l’ultime chanson Notes pour trop tard. Alors, j’ai pensé que tout était là. Donc, j’ai voulu partager avec vous quelques extraits. Un conseil : c’est mieux de l’écouter pour de vrai !

Notes pour trop tard
Ok, j'avais ton âge y'a à peu près ton âge
Le passage à l'âge adulte est glissant dans les virages
Devenir un homme : y'a pas d'stage, pas d'rattrapage
Maintenant, t'es dans l'grand bain, devine comment on nage
[ …]
Écoute, l'histoire s'écrit en tournant les pages
Écoute … J'ai pris quelques notes

Si t'as l'impression qu'personne te comprend, c'est parce que personne te comprend
C'est plus facile à vivre une fois qu't'en es conscient
Comment tu peux leur en vouloir ? Tu t'comprends pas toi-même
Souvent seul avec tes problèmes, souvent, c'est toi l'problème

La plupart des conseils d'adultes sont des clichés d'merde
Parce qu'ils ont pas compris l'jeu mais ils suivent les règles
Alors écoute pas trop tes parents, fais semblant
Ils ont pas la science infuse, t'es leur premier enfant
Tu perdrais tellement d'temps à batailler
Y'a des combats qu'tu peux pas gagner, surtout quand tu paies pas l'loyer
Fais-toi une raison, y'a très peu d'raisons d'foutre la merde
Dans sa propre maison, même quand t'as raison
[…]

Autre chose que tu dois savoir : tu baiseras pas, c'soir
Une fois qu't'auras compris ça, ça t'enlèvera un poids
Parce que t'as beaucoup trop la dalle et ça va s'voir
Parce que t'es beaucoup trop timide, tu vas beaucoup trop boire
Apprends à la fermer, t'auras l'air mystérieux
Apprends à t'vendre un peu mieux, tu baiseras dans un mois ou deux
[…]

T'empêcheras jamais les gens d'parler
Et, comme t'es chelou, y'a p't-être moyen qu'les gens veuillent te frapper
Tu peux faire des pompes, tu peux apprendre à t'battre
Mais même musclé, ça fait toujours mal de prendre une droite
[…]
Connais ta hauteur, va pas t'surclasser
Tu verras, des fois, tu perdras contre des gars qu'tu trouvais nuls à chier
[…]

Ah oui, personne t'oblige à fumer d'la weed
En fait, ça marche mieux sur les hyperactifs
Être défoncé, c'est même pas la partie qu'tu préfères
Quand t'es déchiré, tout c'que tu fais, c'est faire semblant d'être clair
[…]

T'as juste besoin d'une passion
Donc écoute bien les conseillers d'orientation et fais l'opposé d'c'qu'ils diront
En gros, tous les trucs où les gens disent : "Tu perds ton temps"
Faut qu'tu t'mettes à fond d'dans et qu'tu t'accroches longtemps
Si tu veux faire des films, t'as juste besoin d'un truc qui filme
Dire : "J'ai pas d'matos ou pas d'contact", c'est un truc de victime
On t'dira d'être premier, jamais d'être heureux
Premier, c'est pour ceux qu'ont besoin d'une note, qu'ont pas confiance en eux
T'es au moment d'ta vie où tu peux devenir c'que tu veux
Le même moment où c'est l'plus dur de savoir c'que tu veux
[…]

Quoi que, c'est important, fais d'la merde tant qu'il est encore temps
Pour pas qu'un jour tu te réveilles à quarante ans
Genre : "Putain, j'vais crever mais j'ai jamais kiffé
Ma famille m'empêche de vivre, j'vais devoir les quitter
Pour sniffer en boîte de nuit, trouver des gamines à vampiriser"
[…]

Ces repas d'famille où tu t'ennuies, où on parle très fort
Pour dire des choses très banales, déjà, on s'parle et c'est pas mal
Les vérités sont compliquées, les clichés sont stables
Désolé si y'a pas que des experts à ta table

Tu bloques sur les défauts des autres, et c'est ton pire défaut
La vie, c'est des cycles, c'est pour ça qu'j'retombe sur les mêmes mots

Sois pas parano sur qui sont tes vrais amis
Y'a qu'un seul moyen d'le savoir : laisse le temps faire le tri
J'ai jamais regretté d'demander conseil ni d'appeler quelqu'un
Souvent, tu crois qu'ils sont chelous, c'est juste qu'ça capte pas très bien
La même histoire a plein d'versions
La meilleure façon d'sortir d'une embrouille, c'est d'poser des questions

Arrête de passer ta vie à fuir, angoissé par l'avenir
Parce qu'y'a rien à faire pour s'préparer au pire
Comme les attentats, les mauvaises nouvelles frappent quand tu t'y attends pas
Des proches un peu pressés partiront avant toi
Tu verras des gens heureux prendre un appel
Leur visage se décompose et rien n'est plus jamais pareil
Y'a rien à faire, à part être présent
Panser les plaies, changer les pansements, le seul remède, c'est l'temps

Auteur: 
Marc Thébault