webleads-tracker

Fermeture du profil Facebook de votre collectivité : comment prévenir et réagir | Cap'Com, Le réseau de la communication publique et territoriale

Fermeture du profil Facebook de votre collectivité : comment prévenir et réagir

créé le : 
21/05/2017

Vent de panique dans certaines collectivités : Facebook semble fermer de manière intempestive de nombreux comptes. Qu’en est-il exactement ? Comment prévenir ces risques de fermetures et réagir ?

Pour administrer une page Facebook, il est nécessaire de disposer d’un profil. Certains agents de collectivité, en charge de l’animation de la page de leur institution sont rétifs à le faire depuis leur profil personnel (quand ils en ont un). D’où la création de profils au nom de la collectivité pour administrer la page. Ce qui est formellement interdit par Facebook. Mais globalement, beaucoup de règles imposées par Facebook (et que personne n’a lues) ne sont pas respectées, et jusqu’à présent cela ne posait aucun souci.

Mais voilà : à l’occasion des dernières élections présidentielles, que ce soit aux États-Unis ou en France, Facebook a été montré du doigt. Le réseau social est accusé de favoriser la propagation de "fake news" ou d’informations fausses, dénigrant notamment certains candidats.

Soucieux de se racheter une conduite, le géant des réseaux sociaux a lancé une chasse aux faux comptes ou comptes usurpateurs d’identité. En France, Facebook a d’ores et déjà annoncé la fermeture de 30 000 comptes. Mais parmi eux se trouvent visiblement des profils créés par des collectivités pour gérer leur page.

Bloqués sans préavis

La directrice de la communication d’une commune témoigne sur la liste de discussion de Cap'Com : « En ce qui nous concerne, nous avons été bloqués sans aucun préavis, l'ordre nous étant donné de fournir un nom de personne physique confirmé par une pièce d'identité. »

Dans ses conditions d’utilisation, Facebook stipule bien que « Les personnes qui utilisent Facebook donnent leur vrai nom et de vraies informations les concernant (...). Si vous sélectionnez un nom d’utilisateur ou un identifiant similaire pour votre compte ou votre page, nous nous réservons le droit de le retirer si nous le jugeons nécessaire (par exemple, lorsque le titulaire d’une marque de commerce porte plainte concernant un nom d’utilisateur qui ne correspond pas au nom réel de la personne qui se connecte à l’aide de ce nom d’utilisateur). »

Créer un profil "ville de…" ou "mairie de…" pour administrer une page est donc une mauvaise idée. Et avoir des amis sur ce profil est encore plus une mauvaise idée. Outre le fait que cela soit interdit, cela génère de la confusion pour les habitants qui suivent la collectivité sur Facebook (amis ou abonnés ?). De plus, il n’est pas possible d’avoir plus de 5 000 amis et aucune statistique n’est disponible, contrairement aux pages.

Pour ceux qui l’ignorent, Facebook propose un système qui transforme son profil en page et convertit ses amis en abonnés : https://www.facebook.com/pages/create/migrate/
Et si la collectivité dispose déjà d’une page, il est possible de fusionner la nouvelle page créée avec celle déjà existante : https://www.facebook.com/pages/merge/

Désigner plusieurs administrateurs de la page

Alors comment faire pour administrer une page sereinement ? La première règle est de désigner plusieurs administrateurs de la page via leur profil personnel. Au-delà de la récente vigilance de Facebook, et même si au quotidien une seule personne gère la page, il est prudent d’avoir plusieurs administrateurs qui peuvent se connecter. L’animateur de la page peut être en vacances, tomber malade, voire quitter la collectivité et demeurer le seul à faire ce qu’il veut de la page de la collectivité.

À ceux qui craignent que leur profil soit associé à la page ou que leur nom soit affiché, cela ne sera jamais le cas. Un profil publie en tant que page et c’est bien cette dernière qui est affichée pour les abonnés.
A contrario, pour les différents administrateurs de la page, il est utile de visualiser quel profil a publié sur la page en cas de problème. Mais ces informations sur les profils ne sont visibles que pour les administrateurs, pas pour les abonnés.

Et nul besoin d’être ami avec un autre profil administrateur de la page. Pas de risque ainsi d’exposer ses posts personnels auprès de ses collègues.

Le profil invisible ou fantôme

Une astuce utilisée par plusieurs collectivités, même si elle demeure proscrite par l’entreprise de Mark Zuckerberg : créer un profil "invisible" ou "fantôme" avec un prénom et un nom, aucun ami, aucune publication ni interaction et qui reste invisible dans les recherches de Facebook. Ce profil sert uniquement à se connecter à la page en cas de besoin. Une sécurité si par malheur tous les administrateurs de la page périssent en même temps dans le crash d’un avion. Argh.

Pierre Renaud, responsable de la communication en ligne de Saint-Dizier, a même trouvé une astuce : « J'ai deux comptes Facebook pour anticiper ce genre de problème. Sur le second, j'utilise le nom de jeune fille de mon épouse. Et si Facebook me demandait de justifier de cette seconde identité, juridiquement, c'est désormais possible : le droit français autorise l’utilisation du nom d’usage de sa femme ou de son mari. »

Seule contrainte (ou avantage, c’est selon) : il faut être marié !

Marc Cervennansky

Auteur: 
Cap'Com