webleads-tracker

La communication interdépartementale, c’est possible. La preuve par cinq en Normandie | Cap'Com, Le réseau de la communication publique et territoriale

La communication interdépartementale, c’est possible. La preuve par cinq en Normandie

créé le : 
14/12/2017

C'est inédit à un tel échelon territorial. Les cinq départements normands ont lancé le 5 décembre dernier une campagne commune de valorisation de l’action départementale dans la quotidien des habitants. Les dircoms sont venues expliquer cette démarche collective au Havre lors du dernier Forum Cap’Com.

S’unir pour rendre lisible l’action de son échelon territorial, c’est possible. Les départements du Calvados, de l’Eure, de la Manche, de l’Orne, et de la Seine-Maritime l’ont fait. Sur leurs territoires s’affiche depuis début décembre un même message : « Les Départements normands agissent pour vous, la preuve par 5 ! » La signature accompagne les cinq visuels de la campagne interdépartementale de proximité : deux visuels génériques qui placent le département comme « premier partenaire et acteur du quotidien des habitants », et trois visuels qui déclinent l’action départementale dans les domaines des solidarités, de la jeunesse, et de l’aménagement du territoire.

Un ton commun, une commande unique

À l’origine de cette campagne, une commande passée en mars 2017 par les cinq présidents des départements normands réunis en  "G5", désireux de communiquer à plus grande échelle sur les compétences des départements., et deux constats, précisent les dircoms* . « Premier constat : les départements sont des collectivités malmenées. Mais on ne peut pas pour autant  être que sur le défensif. Soyons positifs, offensifs. Deuxième consat : avec la loi notre les habitants ne savent plus qui fait quoi. Les élus veulent une communication très positive pour rappeler le rôle des départements auprès des habitants » Un ton commun, une commande unique qui dépasse les clivages politiques, voilà là le socle d’une communication mutualisée qui a toute les chances de réussir.

Une coopération interdépartemenatale qui s'est construite dans le temps

Cette campagne n’est pas le galop d’essai de la coopération interdépartementale normande. Voilà déjà quelques années que la réflexion « Nous avons des compétences, des problématiques communes, travaillons, échangeons ensemble, on sera plus forts » a pris corps en Normandie. À travers des évenements déclencheurs, comme les Jeux Equestres Mondiaux et le 70ème anniversaire de la bataille de Normandie. Au niveau national, avec un espace "Normandie" de 500 m² au Salon internationale de l’Agriculture réunissant chaque année les cinq stands des départements normands et celui la région. Et avec la mise en place en mai 2015 d'un groupe de travail regroupant les cinq présidents des conseils départementaux normands, le fameux "G5", réuni onze fois jusqu’à aujourd’hui, et qui donnera en mars 2017 l’impulsion de la campagne commune valorisant l’action départementale normande. Le souhait de mutualiser fait aussi émerger des premières actions de communication communes. « Le carnet de santé mutualisé a été le 1er bébé symbolique », précisent les dircoms. Une première réalisation caractérisée par la souplesse, celle de travailler sur un support commun tout en y intégrant des données propres à chaque territoire. Et un support un peu plus économique grâce une impression à plus grande échelle. Autre exemple de communication interdépartementale commune : la 10ème édition du Festival Pierre en Lumières qui met en valeur le patrimoine historique.

Cohésion, écoute, solidarité

Les maître mots pour les dircoms normandes, qui se rencontrent une fois par mois environ, cohésion, écoute, solidarité. « Nous avons fait le brief ensemble », nous expliquent-elles. « Pour la commande de créa partagée, nous n'avons pas fait de groupement de commande mais un portage du marché décidé par le politique par un des départements, la Manche. » Après des échanges, une agence de la Manche est sélectionnée. « Ça prend plus de temps que lorsqu'on est tout seul », reconnaissent les dircoms. Elles effectuent chaque phase de validation avec leur dircab et dgs respectifs, avant que cela ne remonte jusqu’aux présidents, en général avant ou pendant les G5. Un travail commun dans le temps qui ne soufffre pas des changements de personnes.« Nous avons eu des changements de présidents, de dircab, de DGS et de dircom. Mais la ligne directrice était là. À partir du moment ou on a l’échange et le retour, ça fonctionne. »

Une campagne commune qui s'inscrit dans les temps de communication de chaque départements

« Tout a été fait en interne pour les spots audios et vidéo. » Le plan média prévu sur tous supports (print-radio-web-affichage) est réparti en fonction des partenariats et compétences de chaque départements. «  Nous avons intégré la diffusion dans les plans médias de nos départements (abribus, réseaux départementaux, spots radios passés dans le cadre de marchés pré-établis, etc. ), ce qui nous donne une force de frappe » : 1 500 faces sur les cinq départements, 1 500 000 Normands touchés par les magazines départementaux, etc, sur la période du 5 au 31 décembre. Coût global de la campagne : 50 000 euros environ, soit 10 000 par département. « À budget constant, puisque cette campagne est venue s’inscrire parmi les temps de communciation de chacune dans nos départements », précisent les dircoms.

La suite ? Une deuxième phase de cette campagne sur le domaine économique puis l’investissement. Et la poursuite de la coopération des services communication « Nous n’avons pas encore fait un projet d’équipe mais la collaboration se met en place. Pour le prochain Salon de l’agriculture, par exemple, les community managers de tous nos départements ont eu une réunion pour bâtir une communication digitale commune. »

* Le "club des 5" Myriam KIMMEL, dircom du Département du Calvados (14) - Audrey LECLERCQ, dircom du Département de la Seine-Maritime (76) - Orlane JAUREGUI, dircom du Département de l’Eure (27) - Catherine COUSIN, dircom du Département de la Manche (50) - France-Laure SULON, dircom du Département de l’Orne (61)

Auteur: 
Cap'Com