webleads-tracker

La fonction communication vue par les directeurs généraux des collectivités locales - Etude Cap'Com / AATF / ADGCF / Occurence | Cap'Com

La fonction communication vue par les directeurs généraux des collectivités locales - Etude Cap'Com / AATF / ADGCF / Occurence

Analyse de la communication publique
Publié le : 
30 janvier 2017

L'étude « les DG et la Com » conduite auprès des directeurs généraux des collectivités locales, permet de mieux comprendre la place et le rôle de la communication au sein des collectivités et de mieux cerner la perception et les attentes qu’en ont leurs DG.

Date : novembre 2016
Auteur : Cap'Com, Occurence
en partenariat avec l'AATF, l'ADGCF,

Contenu du document :

  • Présentation des résultats
  • Première analyse des résultats : article " Enquête « Les DG et la Com » : l’intérêt pour la communication " paru dans la newsletter Cap'Com n° 432 du 24 novembre 2016

Présentation des résultats

L’étude* conduite par Cap’Com auprès des directeurs généraux des collectivités locales permet de mieux comprendre la place et le rôle de la communication au sein des collectivités et de mieux cerner la perception et les attentes qu’en ont leurs DG.
Un travail qui renforce la capacité des communicants publics à travailler avec leur DG et qui vise à donner aux DG une vision partagée des enjeux de la communication des collectivités locales. Cette enquête a été réalisée avec l’appui de l’Association des administrateurs territoriaux de France et de l’Association des directeurs généraux des communautés de France, et l’expertise de l’Institut d’étude Occurrence. 

Ces résultats ont été débattus lors d’un atelier du Forum de la communication publique de Marseille en décembre 2016 dernier en présence de Saïd Ahamada, DGA de la ville d’Avignon, et de Laurent Sémavoine, DGS de la communauté d'agglomération Dracénoise.

 

>> Téléchargez les résultats complets de cette étude inédite

 

La communication est une problématique importante pour les DG

« En tant que DG, nous devons veiller à ce que la communication soit un élément constitutif de la gestion de chaque projet. »
> 89 % des DG jugent que les problématiques de la communication sont importantes dans la conduite des collectivités.
 

Les DG et les Dircom, main dans la main...

 « Nous avons besoin d’être conseillé et c’est là aussi le rôle du dircom ; DG et Dircom, on travaille ensemble, on imagine et on gère ensemble »
> 81% des DG sont en contact avec leur dircom de manière au moins hebdomadaire.

Les missions données à la communication augmentent, les moyens stagnent.

« S’il y a bien un budget sensible, c’est celui de la communication. »
« Mais il faut que la communication soit comprise comme un investissement. »
> 1/3 des DG jugent insuffisants les budgets et les effectifs alloués à la communication.

Le dircom doit avoir un sens politique, mais pas en faire avec les élus

Les 3 premières qualités du dircom pour les DG : avoir une vison stratégique, maîtriser les outils de communication, avoir un sens politique.
> mais 43% des DG jugent que la communication des élus et la communication institutionnelle ne sont pas suffisamment distinctes.

Certaines compétences restent à renforcer selon les DG

Les réseaux sociaux, le marketing territorial et la communication interne sont, pour les DG, les 3 compétences à renforcer au sein de la communication de leur collectivité.
> Seulement 1/3 des collectivités sont dotées d’une stratégie de marketing territorial mais lorsqu’elles existent, la communication est partie prenante dans 2/3 de ces démarches.

 

Première analyse :
Etude « Les DG et la Com » : l’intérêt pour la communication "

Article paru dans la newsletter Cap'Com n° 432 du 24 novembre 2016

Vos directeurs ont besoin de vous. Premiers résultats de l’enquête « Les DG et la communication ».

250 directeurs généraux de collectivités locales se sont exprimés sur la place et le rôle de la communication dans leur collectivité. Ils ont aussi révélé leurs attentes et leurs rapports avec leur dircom. Cette enquête, conduite par Cap’Com avec deux associations de DG et l’institut Occurrence, permet de tirer de nombreux enseignements débattus lors du Forum de la communication publique de Marseille, le 8 décembre.

La communication, les DG s’y intéressent beaucoup.

Les DG et DGA, qui exercent dans les communes de plus de 2 000 habitants, dans les intercommunalités et dans les départements et régions, incarnent la dimension stratégique et le champ managérial des collectivités territoriales. Autrefois appelée « secrétaire général de mairie», leur fonction est en évolution. Ils participent plus étroitement que jamais à la définition de la stratégique et du projet de la collectivité, aux côtés des élus. Cette responsabilité les conduit à s’intéresser de plus en plus à la communication de leur institution.
C’est là un enseignent majeur de cette étude. Les problématiques de communication intéressent les DG. 80 % d’entre eux déclarent qu’elles sont importantes. Plus fortement, un tiers des DG jugent même que la communication est très importante.

La communication, une mission pas si évidente à superviser

La communication devient dans la collectivité une fonction reconnue par le DG. Mais pour manager cette fonction, les DG ne s’estiment pas toujours suffisamment préparés. Face au rôle que joue la communication dans la conduite des projets de la collectivité, à l’attention qu’y portent les élus, à la complexité croissante des outils et à la diversité des cibles et des sujets, ils sont environ 40 % à estimer qu’ils ne se sentent personnellement pas assez bien formés aux problématiques de la communication. Seuls 7 % des DG se déclarent spontanément bien formés à la communication ! Les formations initiales ou celles de l’Inet se semblent pas leur apporter toutes les clés nécessaires à la prise en compte de cette mission. Et il est toujours difficile de prendre le temps d’une formation complémentaire tant le quotidien est prenant pour un directeur.

Aussi comptent-ils beaucoup sur leur équipe de communication, un service pas tout à fait comme les autres sur lequel pèsent de nombreuses attentes.

Plus de 25 % des DG travaillent quotidiennement avec leur dircom

Cette préoccupation pour la communication explique que les relations entre le responsable de la communication et son DG sont particulièrement étroites. Un chiffre de l’enquête exprime cette proximité. 27 % des DG déclarent qu’ils ont un contact quotidien avec leur dircom. 54 % une ou plusieurs fois par semaine. Le couple semble fonctionner !

Lors d’un atelier commun ETS/Cap’Com en 2011, Patrick Chèvre, directeur général des services de l’agglomération de Dunkerque expliquait que « Il fut un temps, où les directions de la communication intervenaient à 95 % auprès des élus et à 5 % auprès de la direction générale ». Ce temps est révolu. « À côté de sa relation avec l’élu et le dircab, le dircom forme avec son DG un binôme dont la collaboration est de plus en plus étroite dans le respect de l’autorité de l’un et des compétences de l’autre », concluait un débat organisé par Cap’Com en décembre 2015. Un binôme dont l’entente est aujourd’hui perçue comme essentielle par le DG pour conduire la collectivité notamment dans un contexte d’évolution institutionnelle et d’arbitrages budgétaires.

Com interne, de proximité, de crise : un dircom est aussi un conseiller.

Cette proximité conduit les DG à rechercher auprès de leurs communicants des compétences professionnelles sur des sujets sur lesquels ils se sentent en attente. L’enquête de Cap’Com les dévoilent.

Et, rien d’étonnant, c’est d’abord la communication interne qui pose problème aux DG. Lorsque l’on sait que deux tiers des DG signent l’édito du journal interne de leur collectivité, on comprend que la communication interne soit une préoccupation. Pourtant dans presque la moitié des collectivités interrogées, la fonction « communication interne » n’existe pas encore. Un chiffre qui va certainement évoluer tant la tendance est de structurer cette mission et de la placer de plus en plus souvent au sein de la communication.
Rien d’étonnant non plus si la communication de proximité interpelle aussi les DG. En ce domaine, ils rejoignent leurs élus dont c’est souvent le leitmotiv. Reste à savoir ce que l’on met derrière la proximité. Pour les DG, la panoplie est grande pouvant aller jusqu’à l’accueil en passant par les démarches de participation comme par les nouvelles technologies.
La communication de crise reste aussi un domaine qui appelle à plus de compétences, selon les DG. S’y préparer est forcement indispensable tant la crise met le DG sur la sellette.
L’enquête confirme aussi la forte progression du marketing territorial dans les préoccupations des DG. L’attractivité conduisant au développement économique et touristique, et donc à l’emploi local, devient une priorité. Mais les démarches sont complexes et imposent un jeu d’acteurs multiples. C’est dire si le DG a besoin sur cette compétence de la formation et de l’appui nécessaire. Au dircom d’être là aussi un bon conseiller.

Enquête conduite en octobre 2016 par Cap’Com, l’association professionnelle des communicants publics, avec l’Association des administrateurs territoriaux de France et l’Association des directeurs généraux des communautés de France et avec l’appui de l’institut d'études Occurrence.
Résultats basés sur 250 réponses représentatives des 2500 DGS de collectivités locales, 91% communes et intercommunalités, 9% départements et régions.

Présentation de l’étude Cap’Com-Occurrence « La fonction communication vue par les DG ».
Forum de la communication publique de Marseille – 8 décembre 2016

Premier volet de la grande enquête « Métier » réalisée tous les 5 ans, la fonction communication vue par les DG. Les arbitrages budgétaires dans un contexte d’économies, la fonction managériale de la com interne, la structuration des services communication comme fonction support au service des politiques publiques : trois raisons qui expliquent que le DG est devenu un interlocuteur privilégié du dircom aux côtés du dircab. Comment voient-il la fonction communication et son organisation au sein de la collectivité ? Quelles sont les missions qu’il lui attribue ? Quels moyens humains et budgétaires entend-il lui donner dans les années à venir ? Un éclairage sur l’évolution de la communication territoriale.
Avec Saïd Ahamada, DGA de la ville d’Avignon, représentant de l’Association des administrateurs territoriaux de France, Pierre Chavonnet, directeur du pôle marques & transformation d'Occurrence, et maire de Gerberoy (Oise) et Jérôme Lavaux, président d'IDDEST, ancien dircom, membre du Comité de pilotage de Cap'Com.

Évaluer ce document: 
0