webleads-tracker

La SNCF joue avec le nom des villes | Cap'Com, Le réseau de la communication publique et territoriale

La SNCF joue avec le nom des villes

créé le : 
04/10/2017

Pour promouvoir des tarifs attractifs sur ses lignes Intercités, la SNCF imagine certaines des destinations desservies en partant de leur nom dans une série d’illustrations colorées et parfois loufoques.

Relancée en début d’automne après une première vague en juin 2017, la campagne de promotion des tarifs réduits sur les lignes Intercités de la SNCF prend pour point de départ le nom des villes ou de leurs éléments emblématiques. et explore jusqu’au bout le principe du jeu de mots sous la forme d’illustrations acidulées. Les illustrateurs Les Jeanclode et Pierre Kleinhouse ont ainsi imaginé 34 des 300 destinations desservies par le réseau de moyenne distance à travers des visuels plutôt loufoques comme le château aux tours coiffées de cheveux roux pour représenter Châteauroux, ou la ville dessinée sur un dos de marin pour Deauville.

Des illustrations au ton poétique, des jeux de mots un peu tirés par les cheveux et, parfois, des résultats plutôt suprenants (comme le choix du pont de Tancarville, un équipement dédié uniquement aux voitures pour promouvoir le train, pour la ville du Havre)... intéressant de voir la manière dont les dessinateurs mettent en avant les villes.

La SNCF aime les jeux de mots

La SNCF utilise souvent le ressort des jeux de mots dans ses campagnes. En 2012, elle jouait déjà avec le nom des gares pour promouvoir ses lignes Intercités.
La compagnie ferroviaire s’amuse aussi sur les réseaux sociaux. Dernier exemple en date, la campagne lancée début septembre de Voyages-sncf qui réinterprète sur Facebook les affiches de séries TV en jouant avec le nom de ville comme Dieppe (The walking Dieppe) ou Tarbes (Once upon a Tarbes).

La campagne reprend un principe déjà utilisé par la SNCF en 2015 à l’occasion de la Journée Internationale de Star Wars sur son compte Twitter.

Il faut dire que le principe du jeu de mots se marie bien avec les réseaux sociaux. Pour le meilleur et pour le pire. Le jeu de mots un peu bancal est du pain béni pour les trolls, et en appelle d’autres. Incitant les moqueurs mais aussi les usagers les plus "enthousiastes" à se prêter au jeu. Un appel à la créativité des internautes que plusieurs collectivités et organismes publics n’hésitent pas à lancer comme le réseau de transport lyonnais TCL, ou l’Agence de Développement Touristique (ADT) de l’Ardèche qui avait su avec malice lier IRL et URL en surfant sur le phénomène viral « Laissez parler les petits papiers ».

  À LIRE AUSSI   :
Auteur: 
Cap'Com