webleads-tracker

Le plus irrationnel des deux n'est pas celui qu'on pense... - Conférence Plénière Forum Cap'Com 2006 | Cap'Com

Le plus irrationnel des deux n'est pas celui qu'on pense... - Conférence Plénière Forum Cap'Com 2006

Analyse de la communication publique
Publié le : 
29 février 2008

Pour expliquer les difficultés de la communication institutionnelle et politique, on entend souvent incriminer la montée en puissance de l’irrationalité du public. L’hégémonie de l’image et des médias, la primauté de la sensibilité, de l’émotionnel, sur les capacités de jugement seraient devenus des traits de nos sociétés, traits qui remettent en cause les fondements mêmes de la démocratie. Ce diagnostic pour le moins inquiétant qui sous-tend le discours de l’expertise politique est très contestable. En effet, il méconnaît un fait majeur : la redéfinition des conditions cognitives des individus dans les sociétés médiatiques réarticulant de façon nouvelle l’émotionnel, le factuel et la raison.Le public a élaboré ses modes de jugement qui, pour n’être pas ceux de la raison politique, n’en ont pas moins leur rationalité. Finalement le décalage entre le public et le politique est moins lié à l’irrationalité du premier qu’à celle du second. Car n’est-ce pas un défaut de rationalité que de méconnaître la raison de ceux à qui l’on s’adresse ?

Conférence proposée dans le cadre du Forum Cap'Com 2006 à Tours

Intervenant : Alain MERGIER, sémiologue, politologue. Fondateur d’Institut WEI, spécialisé dans l’approche des mécanismes d’opinions et d’attitudes sociales.

Contenu du document :

  • Retranscription de la conférence
Évaluer ce document: 
0