webleads-tracker

Le syndrome du champignon - Tous responsables de notre conduite - Ville de Saint-Cergues | Cap'Com

Le syndrome du champignon - Tous responsables de notre conduite - Ville de Saint-Cergues

Citoyenneté et civisme
Publié le : 
16 décembre 2015

La ville de Saint-Cergues joue ici clairement la carte de l'humour pour provoquer une prise de conscience et amener les automobilistes à ralentir. La campagne a débouché sur la création de six panneaux, déplacés au sein de la ville au grès des demandes des habitants. Dès les premiers jours le dispositif a fait le buzz et les médias, mais aussi les réseaux sociaux, se sont emparés du sujet. Le prolongement de la campagne a donné lieu à un évènement grand public sur la sécurité routière où débats, projections et habitants étaient au rendez-vous.

 

Campagne de la ville de Saint-Cergues lauréate du Grand Prix Cap'Com 2015 dans la catégorie « Faire évoluer les comportements - Civisme »

 

 

Sommaire :

FICHE DE SYNTHÈSE DE LA CAMPAGNE

CONCEPT

Utiliser un mode de communication un peu décalé, jouant clairement la carte de l’humour, pour essayer de mieux interpeler nos concitoyens sur les problématiques liées à la vitesse et à la sécurité routière.

CONTEXTE

Depuis des années, et notamment au travers de ses comités de quartier, la municipalité est interpellée sur les problématiques de vitesse et de comportements dangereux de certains automobilistes. Notre village est de surcroit traversé quotidiennement par de nombreux pendulaires qui vont travailler à Genève, dont nous sommes limitrophes. L’ensemble des techniques habituelles ont été mises en œuvre afin d’amener les conducteurs à ralentir : aménagements de type plateau surélevé, chicanes, ralentisseurs, radars pédagogiques, contrôles radar effectués par les gendarmes et la police municipale, opération escargot pour sensibiliser les usagers… La commune s’est également inscrite dans les campagnes habituelles de prévention, jouant traditionnellement sur la culpabilité, la peur du gendarme ou les images chocs. Il semble malheureusement que ces angles d’attaque ne font plus recette, sans doute parce que tout cela a été trop vu et s’est, de fait, un peu banalisé.

OBJECTIFS

  • Interpeller sur les problématiques liées à la vitesse et faire parler de sécurité routière.
  • Provoquer une prise de conscience en amenant les automobilistes à ralentir. Si les panneaux font sourire, leur objectif est avant tout de faire ralentir.
  • Prolonger la campagne en déplaçant de manière ponctuelle les panneaux en fonction des demandes des habitants (appropriation des panneaux par les habitants).
  • S’appuyer sur cette campagne afin de proposer aux habitants de la commune de nouveaux événements autour de ce thème.

RÉALISATION DE L'OPÉRATION

Puisque « la peur n’évite pas le danger » et que la culpabilisation n’a pas non plus d’effet, la municipalité a donc eu l’idée d’utiliser un mode de communication un peu décalé, jouant clairement la carte de l’humour, pour essayer de mieux interpeler nos concitoyens. L’objectif étant d’utiliser l’humour afin de faire réagir les automobilistes et de provoquer une prise de conscience. Avoir conscience que les routes de nos villages sont pleines de vie et que la prudence s’impose. Monsieur le Maire et le service communication ont travaillé sur le type de message, de support et le ton qu’ils souhaitaient donner à cette campagne de prévention. La Mairie s’est adjoint les services d’un graphiste pour la réalisation des dessins et la fabrication des panneaux (Laurent Foucher - Atelier de création graphique Toro Bravo). La campagne de prévention routière s’est matérialisée par l’implantation, par les services techniques de la commune, de six panneaux.

CIBLES

  • Tous les automobilistes amenés à circuler sur les routes de la commune.
  • L’ensemble de nos concitoyens.

MOYENS

Budget global : 4000 €

  • Réalisation vectorielle des projets retenus : 3000€
  • Impression et découpe personnalisée des panneaux (1mx1,50m) : 1000€

Les ressources mobilisées : service communication (définition et suivi du projet), service technique (installation des panneaux), agence Toro Bravo (conception des panneaux).

Intervention d’une agence : Atelier de création graphique Toro Bravo (2, rue du Beulet 74100 Annemasse).

 

SUPPORTS

La campagne a débouché sur la création de six panneaux en dibond imprimés et découpés.

Trois relais de communication ont été mobilisés pour la promotion :

CALENDRIER

  • Mars 2014 : élaboration du projet et de ses objectifs.
  • Avril 2014 : travail avec l’atelier de création.
  • Juin 2014 : choix par la commission communication des modèles retenus.
  • Septembre 2014 : livraison des panneaux.
  • Octobre 2014 : installation des panneaux et lancement de l’opération. La campagne a pris le nom du « Syndrome du champignon » avec comme sous-titre « Tous responsables de notre conduite ».

EVALUATION

Dès les premiers jours de la mise en œuvre de cette campagne de prévention, les réactions des habitants ont été extrêmement positives : des gens se sont arrêtés pour se prendre en photo devant les panneaux, ont partagé cela sur les réseaux sociaux, donnant lieu à un buzz médiatique dont l’ampleur a été surprenante. Les télévisions (France 3, TV8 Mont-Blanc, M6) mais aussi les radios (RTL, Europe 1, France Inter) se sont emparées du sujet donnant un fort retentissement à cette campagne. Le facebook de la Mairie a littéralement été assailli avec certaines publications qui ont été vues par 35.000 personnes. Si ces panneaux n’entendent évidemment pas régler tous les problèmes, ils auront permis de parler de sécurité routière comme jamais nous n’y étions parvenus. Afin que cette campagne continue de produire ses effets, elle sera régulièrement déplacée en fonction des demandes des habitants. Certains quartiers ont d’ailleurs déjà manifesté leur intérêt.

Plusieurs Mairies ainsi que des particuliers nous ont également contacté afin d’obtenir des renseignements pour la création ou la reproduction de ce type de panneaux. La Mairie a donné son accord pour la reproduction en contrepartie de la présence du copyright « Saint-Cergues » sur le support. Dans le prolongement de cette campagne, le Président de la Ligue contre la violence routière en Haute-Savoie a pris contact avec la Mairie. A cette occasion, nous avons organisé, en septembre 2015, un événement sur la sécurité routière à Saint-Cergues. Le public a été convié à une soirée débat avec plusieurs intervenants et avec la projection du film « Tout est permis » de Coline Serreau. En parallèle, une journée de prévention avec les interventions de la Police Municipale, de la Ligue contre la violence routière et de l’ADATEEP sera organisée à l’école élémentaire.

SUPPORTS DE LA CAMPAGNE

Évaluer ce document: 
0