webleads-tracker

Les maires et la communication de leur collectivité locale - Enquête Cap’Com/AMF/Courrier des maires/Occurrence - 2014 | Cap'Com

Les maires et la communication de leur collectivité locale - Enquête Cap’Com/AMF/Courrier des maires/Occurrence - 2014

Métiers et statuts
Publié le : 
22 janvier 2015
Un regard inédit des maires sur le rôle et les enjeux de la communication de leur collectivité. Enquête menée auprès de 500 maires sur la perception, les priorités et les attentes des élus.

Date : novembre 2014
Auteurs Cap'Com et l’institut d’études Occurrence, en partenariat avec l’Association des maires de France et le Courrier des Maires

Contenu du document :

  • Document de synthèse de l'enquête
  • "Les maires aimeraient-ils trop la communication ?" article paru dans la newsletter Cap'Com n°388 du 27 novembre 2014

Document de synthèse de l'enquête

Les maires aimeraient-ils trop la communication ?

article paru dans la newsletter Cap'Com n°388 du 27 novembre 2014

L’enquête inédite « Les maires et la communication territoriale » dévoile l’intérêt croissant que portent les élus locaux à la communication de leur collectivité locale. Les maires voient surtout dans la communication un outil d’information de l’action de leur collectivité et moins un moyen d’animation, de concertation ou de promotion du territoire. Entretenant des relations souvent étroites avec le responsable de cette mission qu'ils jugent essentielle, ils souhaitent majoritairement développer la communication de leur commune mais sans y consacrer forcément plus de moyens. Premiers résultats de cette enquête Cap’Com / AMF / Occurrence / Courrier des Maires, rendue publique à l'occasion du Congrès des maires.

Il est rare que les élus locaux soient interrogés sur la communication de leur collectivité. L’initiative prise par Cap’Com avec l’institut d’études Occurrence et en partenariat avec l’Association des maires de France et le Courrier des Maires a permis de recueillir leur perception de la communication et les objectifs qu’ils lui donnent dans le mandat qui vient de débuter. L’avis de près de 500 maires et maires adjoints a pu être recueilli par Internet entre le 17 septembre et le 28 octobre 2014. L’importance des réponses permet un regard différencié pour les élus des communes rurales de moins de 2 000 habitants (38 % de l’échantillon), les communes de 2 000 à 10 000 habitants (39 %) et les villes de plus de 10 000 habitants (23 %). L’analyse permet aussi d’identifier les attentes des élus qui exercent parallèlement un mandat de conseiller communautaire.

Tirons de manière synthétique les premiers enseignements majeurs de cette enquête rendue publique le 25 novembre 2014 dans le cadre du Congrès des maires de France et qui sera abordée lors Forum Cap’Com de la communication publique et territoriale, le 10 décembre prochain à Nancy. Cap’Com aura l’occasion d’analyser plus complétement ces résultats qui seront présentés dans de prochaines newsletter de la communication publique.

La communication est aujourd’hui une fonction reconnue dans la plupart des communes, même les plus petites.

Pour 85 % des maires, la communication est une mission transversale et essentielle au fonctionnement de leur collectivité. Dans les trois quarts des collectivités locales, au moins une personne a en charge la communication.

Les maires s’intéressent de près à la communication et s’appuient directement sur la personne qui a en charge cette fonction

40 % des élus interrogés estiment que c’est au maire ou au président de l’intercommunalité d’avoir la responsabilité de la communication de la collectivité. 54 % estiment que cette responsabilité doit plutôt être confiée à un adjoint ou vice-président. Seulement 6 % considèrent cette mission ne nécessite pas d’être attribuée à un élu.
S’estimant, pour deux tiers d’entre eux, peu ou pas suffisamment compétents pour l’exercice de cette fonction, ils s’appuient sur ceux dont c’est la profession, reconnaissant par là le métier de communicant.Trois quarts des maires rencontrent au moins une fois par semaine la personne en charge de la communication, 17 % tous les jours. Une reconnaissance et une proximité qui se construit sur les qualités attendues de leur responsable de la communication : professionnel des techniques de communication, personne de confiance et porteur de créativité. 

La grande majorité des maires aimerait renforcer la communication de leur collectivité

76 % des maires souhaitent développer la communication de leur collectivité dont 21 % de manière prioritaire. Cette volonté est davantage affirmée dans les communes de moins de 10 000 habitants (82 %) que dans les villes moyennes et grandes (56 %). Le développement de l’usage des réseaux sociaux semble faire partie des priorités (27 % place cette item parmi leurs trois priorités).

Les contraintes budgétaires pèsent sur la capacité de développer de nouveaux outils de communication

Tenant compte des contraintes budgétaires actuelles, 60 % des maires ne comptent pas augmenter le budget communication de leur commune et visent à garder les équipes globalement stables. Toutefois 24 % envisagent d’augmenter le budget consacré à la communication pour pouvoir renforcer leurs actions. Les maires ont conscience que le développement de nouvelles actions se heurte à la difficile réduction des actions ou outils de communication actuellement utilisés de leur collectivité. Seule l’édition de la traditionnelle carte de vœux semble pouvoir être remise en cause au profit d’une forme numérique.
 
Pour les maires, la communication doit d’abord expliquer l’action de la collectivité, avant de contribuer à l’animation, à la concertation ou à la promotion du territoire

Expliquer l’action de la collectivité, c’est pour les maires d’abord rendre comptes des choix de l’équipe en place (projet municipal, choix de gestion), puis informer sur les réalisations et les grands projets et, en troisième lieu, apporter des informations pratiques sur les services aux usagers. Le rôle de la communication en matière d’animation de la vie locale, de concertation et de participation des habitants ou de promotion du territoire est jugé très secondairement.

Les maires ne distinguent pas facilement la communication institutionnelle de leur collectivité de leur propre communication politique.

56% des maires et maires adjoints interrogés affirment que dans leur commune la communication institutionnelle et la communication politique du maire ne sont pas vraiment distinctes.

Évaluer ce document: 
0