webleads-tracker

Mais qui est Monique Parmégarde ? Ou comment identifier un compte Twitter anonyme | Cap'Com, Le réseau de la communication publique et territoriale

Mais qui est Monique Parmégarde ? Ou comment identifier un compte Twitter anonyme

créé le : 
17/10/2017

N’avez-vous jamais été agacé par les commentaires publiés sur Facebook ou Twitter par une personne se cachant derrière un pseudonyme ? N’avez-vous pas été pris de doute sur la véracité de certaines informations circulant sur les réseaux sociaux ? Prenons un cas d’école : le compte Twitter de Monique Parmégarde.

Monique Parmégarde est apparue sur Twitter le 28 septembre 2017, lors du lancement des 9e rencontres nationales de la communication numérique de Cap'Com à Issy les Moulineaux.

Si vous connaissez bien Cap'Com, vous aurez rapidement compris que Monique Parmégarde est le quasi-anagramme de Dominique Megard, fondatrice du réseau des communicants publics. Un hommage peut-être ? Quoi qu’il en soit, ce compte anonyme sait tisser sa toile, interpellant les communicants publics les plus actifs sur Twitter.

Par son humour et ses propos caustiques, Monique suscite rapidement la curiosité. Qui se cache donc derrière ce personnage, qui semble bien connaître le landerneau de la #compublique ? Ici nous sommes face un compte Twitter au départ plutôt amusant, qui avec le temps cherche à tout prix à attirer l’attention avec des tweets plus ou moins graveleux et de moins en moins drôles.

Dans d’autres cas, des comptes malveillants - les fameux trolls bien connus des community managers - peuvent susciter l’envie d’identifier leurs auteurs. Sommes-nous totalement démunis face à ces comptes anonymes ? Quelques outils et bonnes pratiques peuvent vous aider à les identifier.

Détecter les fausses photos des vraies

Alors que @Mparmegarde s’est déjà faite remarquée au siège de Microsoft, plusieurs d’entre nous la soupçonnent d’être parmi les participants de ces rencontres numériques. Lors du déjeuner, Monique tweete cette photo, laissant supposer qu’elle déjeune ailleurs, et donc absente de l’assistance.

Info ou intox ? Il suffit de télécharger la photo tweetée par Monique sur Google et de lancer une recherche par image. Le résultat ne se fait pas attendre : Monique a utilisé une photo publiée sur un blog qui n’a donc pas été prise lors de son déjeuner.

Se connecter au compte Twitter recherché

Une méthode simple pour obtenir un indice sur l’identité de la personne se cachant derrière un pseudonyme : demander la réinitialisation de son compte Twitter, comme si c’était le vôtre. Cette action permettra d’afficher les premières lettres de son adresse mail ou de son numéro de mobile.

Résultat pour Monique : une simple adresse mail qui débute par do et qui est probablement un compte Gmail. Monique est rusée : en dénombrant les astérisques masquant l’adresse, nous pouvons supposer qu’il s’agit de dominiquemegard@gmail.com, qui n’est en rien la véritable adresse mail de Dominique Mégard. Une recherche sur Google montre que cette adresse n’est utilisée nulle part et a visiblement été créée spécifiquement pour gérer le compte Twitter de Monique Parmégarde.

Que fait-on ensuite ? On essaie de se connecter au compte Gmail en signalant avoir perdu le mot de passe. Et là s’affiche un numéro de téléphone en partie masqué pour recevoir un sms de rappel du mot de passe. Seuls les deux derniers chiffres sont lisibles : le 22. Il ne reste plus qu’à regarder dans vos contacts qui a un numéro de mobile qui se termine par 22.

À partir de quel appareil sont envoyés les tweets

Une information utile si vous pensez que derrière le compte anonyme se cache une de vos connaissances : savoir depuis quel appareil les tweets sont envoyés. Grâce à Tweetdeck, outil bien connu des community managers, nous découvrons que Monique tweete depuis un iphone.

Trouver l’adresse IP de l’appareil utilisé

Il est possible de détecter l’adresse IP de l’ordinateur ou mobile utilisé par le twittos anonyme… en lui tendant un piège. À quoi cela sert-il ? Géolocaliser l’appareil en question, au niveau d’une ville et d’un pays.

Le site http://blasze.tk/, permet de créer le lien unique à identifier, en copiant une adresse internet qui servira d’appât et qui doit inciter la personne ciblée à cliquer. Cette dernière pouvant être méfiante vis-à-vis d’une adresse commençant par blasze.tk, la solution est d’utiliser un raccourcisseur d’URL du type goo.gl ou bit.ly en y convertissant l’url du site blasze.tk. Vous tweetez ensuite cette adresse en message privé à votre twittos anonyme en espérant qu’il clique dessus.
 
Monique Parmégarde n’a pas résisté et a cliqué sur mon lien pointant vers le site d’une maison de retraite à Charleville-Mézières, censée être sa ville de résidence. En retournant sur blasze.tk avec le code fourni précédemment, l’adresse IP apparaît. Il n’y a plus qu’à la coller dans un site tel que http://www.wolframalpha.com/.

Monique a donc cliqué sur le lien alors qu’elle se trouve visiblement en Bretagne.

Analyser la “social map”

Dans le cas de Monique, ou d’un autre compte, il convient d’étudier sa capacité de nuisance ou d’influence sur Twitter. Premier réflexe : aller voir sa liste d’abonnés et ses abonnements. Regarder aussi le niveau d’engagement du compte. Ses tweets laissent-ils indifférents ou sont-ils aimés et partagés ? Dans le premier cas de figure, considérons que le compte anonyme disparaîtra rapidement et tombera dans l’oubli.

Ici, je plaide deux fois coupable : j’ai contribué à faire connaître le compte de Monique lors des deux jours à Issy-les-Moulineaux, étant plutôt amusé au départ par son impertinence. Et cette chronique ne va pas arranger les choses en lui assurant encore davantage de publicité.

Une “social map” du compte permet de visualiser d’un coup d’oeil les interactions avec d’autres comptes Twitter. Celle de @mparmegarde générée par le site BlueNode permet d’identifier un réseau de communicants actifs au sein de Cap'Com. Il est possible d’imaginer que derrière une de ces personnes se cache Monique Parmégarde. Autant de suspects potentiels , dont je fais aussi partie, au vu de cette social map.


La social map de @mparmedgarde sur twitter via Bluenode permet de visualiser toutes les interactions entre les comptes Twitter.

Autres éléments à analyser : à quelles heures et quels jours tweetent le compte anonyme ? Qui réagit ? Qui n'interagit pas parmi les abonnés ? Qui tweete dans les mêmes créneaux horaires ? Qui est abonné à tous les comptes avec lesquels interagit le twittos anonyme ? Autant d’éléments qui peuvent orienter les recherches.

Bloquer ou signaler le compte à Twitter

Dans le cas d’un compte purement malveillant, vous pouvez directement dans Twitter désactiver cet utilisateur pour ne pas afficher ses futurs tweets dans vos flux. Cet utilisateur ignorera que vous l'avez désactivé, même s’il finira par s’en douter si vous ne réagissez plus à ses messages.

Vous pouvez aussi bloquer cet utilisateur pour qu'il ne puisse plus vous suivre, consulter ni interagir avec votre compte. Ses tweets n'apparaîtront plus dans vos flux et vous ne pourrez plus le suivre. Certaines personnes incommodées par les tweets de @Mparmegarde l’ont déjà bloqué depuis la rédaction de cet article.
 
Vous pouvez par ailleurs signaler ce compte à Twitter si vous estimez qu'il enfreint ses conditions de d’utilisation. « Twitter se réserve le droit [...] de supprimer des comptes d'utilisateurs ou de récupérer des noms d'utilisateurs », indiquent les conditions d'utilisation du site.
 
Dans le cas où l’identité d’une personne réelle est usurpée - ce qui n’est pas le cas avec Monique - un formulaire sur le site de micro-blogging permet de dénoncer cette usurpation avec un délai d’étude de la demande de quelques jours.
 
Une autre option consiste à dénoncer le compte comme frauduleux, en le signalant comme spam.

Si un nombre suffisant d’abonnés à Twitter répète ce signalement, alors Twitter peut sanctionner d'une suspension le compte incriminé.
 
Enfin dernier recours, si le compte publie des contenus judiciairement condamnables, faites des copies d’écran des messages publiés en entamez une action en justice. N’oublions pas que la liberté d'expression n’est pas sans limites.

Mais qui est donc Monique Parmégarde ?

Nous savons que Monique maîtrise l’usage de Twitter et a pris les précautions nécessaires pour créer son compte anonyme. Elle est une des 250 personnes ayant participé aux rencontres numériques de Cap Com : la nature de ses tweets et certains détails l'attestent. Elle connaît aussi plutôt bien le cercle des communicants actifs au sein du réseau de Cap Com. Là aussi des détails dans ses tweets la trahissent. Elle tweete depuis un iphone même si elle prétend avoir un Nokia 3310!

Aujourd’hui, je peux vous révéler que derrière @mparmegarde se cache en fait ///////////////////////////.

Allez, je laisse Monique faire son coming-out.

À lire aussi sur le sujet dans la Gazette des communes : « Je suis territorial, je tweete. Et alors ? »

Marc Cervennansky
@cervasky (qui n’a pas d’iphone)

Auteur: 
Marc Cervennansky