webleads-tracker

Le Forum Montpellier 2012 : affluence, assiduité et convivialité | Cap'Com

Le Forum Montpellier 2012 : affluence, assiduité et convivialité

Le grand rendez vous 2012 des communicants publics et territoriaux s'est tenu cette année à Montpellier. Ce 24e Forum Cap'Com, les 11, 12 et 13 décembre dernier, a donné une place privilégiée à l'image. Ce fut une grande édition avec plus de onze cent participants, une assiduité exceptionnelle et une convivialité toujours aussi grande.

Retour sur les principales séquences du Forum

Le 24e Forum Cap'Com fût l'illustration de la vitalité du réseau. L' édition 2012, placée sous le signe de la créativité et de l'image, a rassemblé plus de 1100 participants  à Montpellier pour trois jours de formation, d'échanges et de convivialité. Un record pour le rendez-vous annuel des communicants publics de France, de Belgique et même du Québec. Des ateliers particulièrement studieux, le partage d'expériences concrètes, et une bonne humeur généralisée. 

Retour sur les principales séquences du Forum en forme de synopsis.

Premier jour. Les cap'comiens descendent des trains. On est mardi 11 décembre, il ne fait pas très froid et le soleil rayonne. Une douce ambiance d'hiver. Certains grimpent sur le Pont du Gard et découvrent les arènes de Nîmes, d'autres empruntent un tram spécial Forum pour sillonner la ville, d'autres encore partent à la Grande-Motte admirer mer et l'architecture de Jean Balladur. Fabien Galthié signe quelques autographes à ceux venus découvrir les équipements sportifs de l'agglomération. 

19h00. La salle des rencontres est comble. On est au nouvel Hôtel de Ville de Montpellier. Dans quelques minutes sera décerné le Grand Prix Cap'Com 2012. Un reportage de Demain TV présente la cérémonie des voeux de Mulhouse qui a obtenu le Cap'Com d'or. Surprise : Supertri, lauréat l'an dernier, débarque en personne pour récupérer le trophée avant de le céder de bonne grâce au premier adjoint de la ville de Mulhouse. 

22h00. Plan large sur la ville. On imagine que les 500 communicants déjà présents ont essaimé dans les bars et restaurants de Montpellier. Retrouvailles avec les copains qu'on a pas vu depuis un an, ou deux, ou dix...

Mercredi 12 - 8h30. Le café est prêt au Corum. Les premiers cap'comiens arrivent. D'ici deux heures ils seront plus de 800 à fouler le tapis rose et à entrer dans l'univers très cinématographique du 24e Forum.

9h50. Bernard Deljarrie ouvre le Forum, clap à la main : "Moteur". Gaston Defferre répond à Michel Debré : "Non, M. le député, avec ces lois de décentralisation nous ne passons pas d'une conception unitaire à une conception fédérative de la République." À la tribune, Jean-Christophe Boyer, conseiller spécial de Marylise Lebranchu, et ancien dircom, livre la primeur du projet de loi de "modernisation de l'action publique". Jean-Noël Jeanneney nous ramène à la Révolution Française et à ses forces centralisatrices, puis à la Troisième République qui, avec Ferry (Jules, pas l'autre) et Gambetta, n'était pas aussi univoque qu'on pourrait le penser. Dans une langue d'une élégance rare, quasi mozartienne, il nous raconte comment la République unitaire consolidée, elle pouvait sereinement s'administrer de manière décentralisée. Aujourd'hui on en parle de la décentralisation, de manière dépassionnée mais avec des mots qui ne sont pas forcément les bons. Trop techniques, trop conceptuels. Les Français veulent qu'on soit concret et collectif, nous explique Denis Muzet. Aux communicants de construire le récit.

12h10. Ambiance foisonnante dans l'espace d'expo. C'est l'ouverture du off. Certains commentent un match de foot sur les bornes interactives de Radio France, d'autres prolongent les débats sur les plateaux télé et radio. À l'étage l'apéro des nouveaux réunit 200 participants : les membres du comité de pilotage accueillent celles et ceux qui viennent à Cap'Com pour la première fois.

13h00. À table. 800 convives dégustent les produits régionaux "Sud de France" en présence d'Agnès Julian, vice-présidente de la Région. Et on se répartit en ateliers et tables rondes.

15h30. Grosse attente sur les résultats de l'enquête sur la com interne dans les collectivités. Les lignes bougent.

15h45. Twitter fait le plein. C'est le phénomène de l'année : comment s'emparer de l'outil quand on est une collectivité ou un acteur public ? Les cap'comiens eux savent faire : ça live tweet à tout va. Ceux qui n'ont pas pu être à Montpellier suivent le Forum en direct sur les réseaux sociaux.

18h30. Cinéma : 250 spectateurs assistent avec délectation à la projection du film "Le Président" sur Georges Frêche. Pendant ce temps là 200 amateurs de peinture déambulent dans les salles d'expo du Musée Fabre. 

20h00. Tout le monde arrive pour la soirée : un buffet autour des vins de l'agglo. On trinque, on goûte, on cause... on salue le président de l'agglo Jean-Pierre Moure et on assiste à des "entresorts visuels" : théâtre d'ombre, photos souvenirs et même un tournage en direct, projeté le soir même sur un écran de cinéma. Après, découverte de la vie nocturne de Montpellier : les communicants publics se déplacent en groupe pour poursuivre la soirée dans des lieux atypiques réservés pour eux, jusque tard... très tard... très tôt...

Jeudi 13, dernier jour. Le Forum se met en route doucement. Il y a toujours une ambiance du jeudi, un peu plus intime. Le petit déjeuner de la Lettre M réunit des acteurs économiques de la région : on parle marketing territorial, sujet éminemment d'actualité à Montpellier. Les ateliers débutent dans une ambiance studieuse. L'analyse du périurbain passionne, la recherche de la créativité rassemble. Ruedi Baur harangue la salle "la créativité, c'est une manière de réponde aux défis de notre société, elle accompagne les mutations économiques et sociales". Bref, en temps de crise, soyons créatifs !

12h00. Le off bat son plein. Serge Moati raconte aux dircoms comment il toussote pour rappeler sa présence aux politiques qu'il filme. Ils ont tellement oublié la caméra que parfois, leur sincérité risque d'être... un peu trop sincère. Comment faire de la bonne vidéo ? Simplement mais en se formant un peu pour mieux comprendre les techniques de l'audiovisuel. Parallèlement les réseaux se réunissent : les départements, les communicants de l'agglo et de la région Languedoc-Roussillon, les délégations régionales d'UNIC et Culture Papier, les agences régionales de santé. Les jeunes communicants échangent sur l'entrée dans le métier.

14h30. On est en avance. On a bien mangé, et tout le monde est prêt pour le Grand Débat. Cinéma encore : on visionne un montage réalisé spécialement pour le public de Cap'Com sur les coulisses de "La vraie campagne", le passionnant documentaire sur la présidentielle. Les équipes d'Image et Compagnie se sont replongées dans les rushes pour sortir un florilège de moments de communication. Bayrou annonce que lui c'est "com zéro" avant de déposer le journaliste à la station service : "Vous pouvez filmer quand je prends de l'essence". Éclat de rire, chacun se reconnaît dans ces saynètes de la vie quotidienne du communicant public. Les films, les docs ça intéresse les Français. Le sondage Harris Interactive, commenté par Jean-Daniel Lévy, montre une diversité d'approche. Les dircoms, Marie-Laure Hubert-Nasser de Bordeaux et Mathieu Baradeau de Nantes, réagissent, eux qui ont géré la com de deux Premiers Ministres. Jean-Luc Nelle rappelle la force de l'image locale, et Moati conclut : "Bien sûr que filmer c'est communiquer. Il faut avant tout écrire le scénario." Ce sera le mot de la fin. Direction le pot de fin de tournage. L'année prochaine ce sera... le 25e. 

To be continued...