Aller au contenu principal

Dircab - dircom, le tandem communicant

Publié le : 8 novembre 2017 à 16:38
Dernière mise à jour : 8 novembre 2017 à 16:53
Par Bernard Deljarrie

La communication, ils en font. Quand les dircab s’expriment sur la communication de leur collectivité, ils soulignent l’importance qu’ils lui accordent sans s’encombrer de ce qui relèverait du politique ou de l'institutionnel. Les résultats de l’enquête inédite Cap’Com/ComPol révèlent aussi leurs relations avec les communicants de leur collectivité : des rapports cruciaux et pas toujours simples à animer.

Dans les mêmes thématiques :

Communication politique ou communication publique : la vision équivoque des dircab

Mais que contient, selon les dircab, la communication qui les occupe tant ? Lorsque l’enquête le demande aux collaborateurs de cabinet, la vision de la communication politique semble large.

Sans contestation possible, pour 68 % d’entre eux, la rédaction des discours et d’éditoriaux, et l’animation des réseaux sociaux de leurs élus, sont du ressort exclusif de la communication politique. La communication sur le projet de l'exécutif (réunions, bilan...) est aussi exclusivement de la communication politique pour 39 % ou plutôt de la communication politique pour 47 %. De même, les relations presse et les relations publiques de leurs élus avec les réseaux institutionnels, associatifs et politiques appartiennent aussi à la communication politique, exclusivement pour 48 % ou plutôt pour 46 %.

Mais qu’en est-il par exemple des relations presse et médias de la collectivité ? Ils sont encore une majorité - 57 % - à situer cette mission plutôt dans la communication politique. Plus étonnant encore, la communication de crise est pour 87 % des collaborateurs plutôt du ressort de la communication politique.

Alors que regroupe donc la communication institutionnelle de leur collectivité ? Pour les collaborateurs de cabinet, elle comprend bien évidemment tout ce qui touche à l'image, la charte graphique ou au logo de la collectivité. 88 % place cette mission dans la communication institutionnelle. 67 % d’entre eux déclarent que la réalisation des publications (magazine, journal, lettre) de la collectivité et 70 % que la communication numérique de leur collectivité (site institutionnel et pages et comptes officiels sur les réseaux sociaux), sont plutôt du domaine de la communication institutionnelle. De même pour la communication interne de la collectivité (89 %).

Mais d’autres missions sont plus partagées et dévoilent la capacité des cabinets à assurer une bonne part de la communication institutionnelle de leur collectivité. Par exemple, la démocratie locale, la concertation, les instances participatives, sont du ressort de la politique ou de institutionnel ? Pour 2/3 des dircab, c’est politique et pour 1/3 institutionnel. La communication financière et budgétaire ? C’est 50/50 ! Le protocole dans l'organisation des cérémonies, des manifestations, des fêtes ? C’est 55/45.

Le champ d’action relativement large de la communication politique, selon les dircab