Aller au contenu principal

Des vœux zéro déchet : à Grand Paris Sud, ils l'ont fait

Publié le : 3 novembre 2021 à 18:16
Dernière mise à jour : 10 novembre 2021 à 13:19
Par Anne Revol

Comment organiser des vœux à la fois innovants et qui incarnent le projet de la collectivité ? En 2020, les communicants de l’agglomération Grand Paris Sud ont abordé ce casse-tête annuel avec un défi : traduire l’engagement de leur collectivité dans la transition sociale et écologique. Un challenge relevé avec exemplarité. Réaliser une cérémonie et une campagne entièrement éco-conçues en interne, c'est possible !

Dans les mêmes thématiques :

À Grand Paris Sud, la transition socio-écologique n’est pas un vœu pieux. La collectivité a déjà enclenché plusieurs actions (prospective, services aux habitants, adoption du plan climat et du plan vélo…) et se fixe pour objectif en 2020 de faire bouger les lignes en matière de lutte contre le changement climatique. Une ambition que doit, en ce début d'année où la pandémie n'a pas encore frappé, porter la campagne des vœux, temps fort de la vie de la collectivité. Comment ? En montrant l'exemple lors des deux cérémonies : les vœux institutionnels et au personnel. Le service communication se saisit de cette belle occasion d’expérimenter pleinement l’éco-conception d’un événement.

Un événement éco-conçu de A à Z

Le défi commence par la sélection du lieu de l'événement opérée avec un double objectif : surprendre tout en incarnant l’engagement socio-environnemental. L'endroit choisi est aussi insolite que pleinement au cœur des compétences d’agglomération et de la transition écologique : la plateforme de compostage des déchets verts du SMITOM-LOMBRIC à Réau. Mais il est à priori peu adapté pour accueillir un événement et pose une équation à plusieurs inconnues à la direction de la communication de Grand Paris Sud :

  • donner du sens et du cachet à une plateforme de traitement des déchets ;
  • transformer un lieu qui n’accueille pas de public ;
  • faire de l’odeur d’humus un atout ;
  • chauffer un espace qui peut atteindre jusqu’à -5° en hiver ;
  • installer des toilettes ;
  • réaliser l’opération avec un objectif de sobriété des moyens financiers et humains, des ressources engagées et de l’impact global.

« C'était un véritable défi d’organiser sur une plateforme de compostage de déchets un tel événement », souligne Jeanne Rebuffat, directrice de la communication de l'agglomération Grand Paris Sud. « Il a fallu l’audace du cabinet et du président, et leur confiance nous a vraiment donné des ailes. »

Une co-construction partenariale

Un défi devenu « une aventure collective », complète Irène Badoual Mathoulin, directrice adjointe communication et marketing. « Nous avons tout réalisé en interne avec la complicité des directions. » L'agglomération a co-construit l'événement avec les partenaires institutionnels (syndicat de traitement des déchets SMITOM-LOMBRIC, l’exploitant Veolia), les communes et notamment Réau, et les associations.

« 23 nuances de green »

Pour rendre compréhensible l’engagement de la collectivité au long court sur le territoire, la communication s'articule autour du concept « 23 nuances de green » – « 23 » en référence aux 23 communes de l’agglomération Grand Paris Sud – et de l’identité visuelle associée. Pour le déploiement de la campagne, l’éco-conception est bien sûr de mise. L’élaboration de supports sur le print comme en digital a été menée avec un objectif de sobriété du début à la fin : depuis la mesure de l’impact de l’envoi des mails jusqu’à la colle utilisée pour les cartons d’invitation, en passant par le recyclage de la signalétique et la gestion du surplus alimentaire lors des cérémonies des vœux. Les deux événements (personnel et institutionnel) ont d’ailleurs été regroupés sur deux jours afin de réduire les déchets et limiter l’impact environnemental.

Faire bouger les lignes

Penser et co-construire un événementiel pour les vœux totalement zéro déchet pour donner à voir, créer des envies de suivre cette initiative, inciter à « faire bouger les lignes » ont présidé à la conception de la campagne de vœux, explique le service communication. Pour sensibiliser et faire évoluer les comportements, les supports de communication mettent en avant des solutions concrètes sur un ton convivial. Les teasers donnent par exemple des astuces pratiques pour organiser un cocktail éco-responsable, chauffer une salle de manière écolo, éco-décorer, etc., montrant ainsi des pratiques éco-responsables simples à mettre en œuvre.

Un événementiel-étalon

Éco-cocktail, éco-communication, éco-décoration : les bases de la conception de futurs événements sont posées. « Ça a été un réel challenge qui nous a poussés à remettre en question notre mode de fonctionnement », précise Christopher Zengomona – responsable événementiel de l'agglomération. « Et demain ? Appliquer cette démarche à l’ensemble des événements organisés par Grand Paris Sud… et faire encore mieux », peut-on lire sur un des supports de communication. Un souhait confirmé par les retours des participants à ces premiers vœux éco-responsables. Dans les enquêtes de satisfaction, plus de la moitié des agents et institutionnels apprécient le concept de l’événement zéro déchet. La démarche a reçu de nombreux retours encourageants en interne, de la part des partenaires ainsi que du réseau des communicants publics. La campagne « 23 nuances de green » a remporté le Grand Prix Cap’Com 2020 dans la catégorie « Accompagnement de projet ». Pour Pascale Élet, directrice artistique et responsable du pôle création et digital de l'agglomération, « c’est vraiment une grande fierté d’avoir réussi ce pari et de se voir récompensés ».
La distinction salue un dispositif exemplaire qui montre que l’éco-conception des événements et de leur campagne de communication est possible, et accessible à tous. Souhaitons que la démarche inspire les communicants, qui devraient pouvoir s'atteler à ce marronnier en cette fin d'année.

À lire aussi :
Comment éco-concevoir notre communication ?
Lire la suite
Sobriété numérique : des pistes pour les communicants
Lire la suite
Vœux : comment les communicants les préparent malgré la pandémie ?
Lire la suite