Aller au contenu principal

Le tourisme bienveillant, pour une attractivité équilibrée des territoires

Publié le : 19 janvier 2021 à 12:40
Dernière mise à jour : 21 janvier 2021 à 12:07
Par Nastassja Korichi

Dans un contexte de crise sanitaire, sociale et environnementale, les professionnels de l’attractivité réfléchissent à une nouvelle approche du marketing territorial. S'éloignant de ses fondements basés sur les excès de la société de consommation, une approche plus centrée sur l’éthique et la durabilité se dessine. Lionel Flasseur, directeur général d’Auvergne-Rhône-Alpes Tourisme, nous livre sa vision du tourisme bienveillant qui sera au centre des journées « Marketing territorial : vers une attractivité durable ».

Dans les mêmes thématiques :

Cap'Com : Depuis 2018, Auvergne-Rhône-Alpes Tourisme s’est engagée pour un tourisme bienveillant. De quoi s’agit-il ?

Lionel Flasseur : Bien avant la crise sanitaire, qui impacte très fortement le secteur du tourisme et les comportements de la population en matière de vacances, nous avions identifié la nécessité de s’orienter vers de nouvelles formes de tourisme. Nous constations déjà – études à l’appui – les attentes pour un tourisme de rencontre, pour une prise en compte de l’environnement, pour les mobilités douces et la consommation locale. Nous avons donc travaillé et réfléchi avec des partenaires extérieurs et avec les équipes en interne pour construire et enrichir cette vision que nous déclinons sous la forme d’enjeux environnementaux, économiques et sociétaux. Le tourisme bienveillant ne se résume pas au tourisme durable, même si nous travaillons étroitement avec les Acteurs du tourisme durable (ADT), nous prenons en compte l’économie et tout particulièrement les économies locales et l’emploi, indispensables à la pérennité de notre activité touristique.

Marketing territorial : vers une attractivité durable ?

Les 25 et 26 février, les Rencontres nationales du marketing et de l’identité des territoires invitent à poser un regard nouveau sur le sens et les fondements mêmes des démarches d’attractivité. Tourisme local et responsable, attrait des villes moyennes et des espaces ruraux, valorisation des circuits courts, des savoir-faire et des produits locaux… les professionnels du marketing et de la promotion des territoires envisageront, ensemble, les moyens de prendre en compte les nouveaux enjeux et les nouveaux usages pour repositionner leurs démarches d’attractivité. Une réflexion à laquelle participera Lionel Flasseur en tant qu’expert.

En quoi cette approche est-elle clé dans le développement de la filière et pour l’attractivité touristique des territoires ?

L. F. : Nous constatons que le tourisme sous ses formes classiques (dont notamment le tourisme de masse) est en perte de vitesse et chaque destination doit repositionner son offre afin de proposer des activités, des séjours en phase avec les nouvelles envies des visiteurs : se dépayser sans nécessairement partir loin, vivre des expériences authentiques et locales sans impact pour l’environnement, réfléchir à ses modes de transport pour être cohérent avec ses valeurs… Les acteurs du tourisme et nos territoires sont déjà très fortement mobilisés. Nous les accompagnons dans ce changement en apportant des actions opérationnelles mais aussi en proposant des clés d’analyses communes.

Lionel Flasseur (Crédit : Pauline Pineau - Auvergne Rhône-Alpes Tourisme.)

Nous déclinons actuellement des indicateurs de performance pour mesurer nos progrès :

  • sur la dimension sociale, pour un tourisme pour tous, nous suivons la labellisation des sites touristiques « Tourisme et Handicap » ;
  • sur la dimension environnementale, nous mesurons le nombre d’hébergements labellisés écoresponsables ;
  • pour le développement équilibré de la filière, nous étudions la bonne répartition de l’activité touristique dans le temps et dans l’espace au moyen d’analyses de fréquentation par territoire et par saison ;
  • pour veiller à la bonne harmonie entre les visiteurs et les habitants, nous menons également des études d’impact du tourisme sur les habitants de la région.

Le tourisme bienveillant ne se résume pas au tourisme durable (…), nous prenons en compte les économies locales et l’emploi, indispensables à la pérennité de notre activité touristique.

Quelle place accorde le tourisme bienveillant aux acteurs locaux, habitants du territoire et acteurs de la filière touristique ?

L. F. : Tous sont concernés et impliqués. Comme nous le déclarons dans le Manifeste, nous avons tous conscience des enjeux et chacun à son niveau y participe. Auvergne-Rhône-Alpes Tourisme apporte sa contribution en mettant en lumière les acteurs du tourisme, les territoires impliqués et en associant le plus possible les habitants. Nous suivons ainsi l’indice de tourismophobie, c’est-à-dire le niveau d’acceptation du tourisme par les habitants et nous y sommes très attentifs. De plus nous avons la chance d’être une grande région touristique mais aussi un bassin émetteur de clientèle important. Ainsi nous favorisons fortement le tourisme intrarégional qui permet aux habitants d’être à la fois acteurs et consommateurs.

Un engagement formalisé au travers d’un « Manifeste » et d’un programme d’actions concrètes

Chaque année et de manière progressive, plusieurs leviers d’intervention permettent d’introduire des actions concrètes au service du développement du tourisme bienveillant en Auvergne-Rhône-Alpes.

  • Le « Manifeste »
    C’est une déclaration qui explique ce qu’est notre vision d’un tourisme bienveillant, et à laquelle chacun peut s’identifier. Imprimé sur support cartonné, il est mis à disposition des acteurs touristiques pour exposition sur les banques d’accueil du public. Nous avons décliné ce document en format vidéo. Les deux supports sont disponibles pour partage et diffusion par tous.

  • Le fonds de dotation
    Unique en France et dans le secteur, le fonds de dotation a pour vocation de développer un tourisme au service de la cohésion sociale, de la découverte de l’autre, de la sensibilisation et de la préservation de l’environnement, pour un développement équitable des territoires. Créé en 2020, il permet d’engager des projets d’intérêt général grâce à la participation d’entreprises mécènes et contribue à l’évolution du tourisme bienveillant.

  • Le développement du digital learning
    La mission formation Trajectoires Tourisme d’Auvergne-Rhône-Alpes Tourisme décline un catalogue de plus en plus riche de formations à distance au service de l’évolution des compétences et du maintien des emplois dans les économies locales.

  • Le soutien à l’emploi dans le secteur touristique
    Pour apporter plus de visibilité aux métiers liés au tourisme et susciter des vocations, nous avons mis en place un partenariat avec une plateforme pour l’emploi dédiée au tourisme : « Job tourisme. Elle propose en permanence tous les types de contrats de travail (CDI, CDD, saisonnier, alternance, stage).

  • L’enjeu santé
    En s’appuyant sur une équipe de professionnels de santé, nous avons lancé un numéro vert Conseil bien-être & santé. Il a vocation à apporter conseils et recommandations en termes de choix de vacances et de types d’activités en fonction des besoins de chacun. Gage d’attention personnalisée pour nos visiteurs, cette démarche novatrice sera également proposée aux destinations de la région pour une mise en avant des atouts santé de leur territoire.

  • Favoriser le tourisme de proximité
    Nous préparons un nouveau dispositif d’expériences et de services durables pour la clientèle intrarégionale, qui sera opérationnel courant 2021. Son objectif sera de contribuer au développement d’offres durables dans la région, au profit de la consommation locale tout en privilégiant les mobilités douces ou collectives.

Quelles sont, selon vous, les clés pour fédérer le plus largement possible autour de cette vision ?

L. F. : Il faut diffuser, persuader, échanger ! Au quotidien, le tourisme bienveillant imprègne maintenant l’ensemble de nos missions, et les échanges que nous avons avec nos partenaires, hébergeurs, territoires, prestataires d’activités, offices de tourisme, fédérations professionnelles nous incitent à poursuivre nos actions toujours plus dans cette voie.

Crédit photo principale : M. Dalmasso – Auvergne-Rhône-Alpes Tourisme.

À lire aussi :
Quelle transition pour le marketing territorial ?
Lire la suite
Le marketing territorial en quête de sens
Lire la suite