Aller au contenu principal
Benchmark

Métropoly

Grand Nancy • 2021

Presse territoriale

Né après la mise en place de la nouvelle mandature, Métropoly se veut ludique et pédagogique, d’où son nom qui fait à la fois référence au jeu de société familial, tout en conservant une identité « Métropole ». Avec un comité de rédaction élargi aux pigistes, photographe et illustrateur, le magazine prend un virage résolument moderne et intègre tous les codes du city mag. La maquette est épurée avec une belle place laissée au blanc. Les photos sont traitées à travers de grands formats (double page) et l’utilisation de l’illustration apporte une touche originale.

Publication lauréate du Prix de la presse territoriale 2021dans la catégorie Conception graphique

Présentation

Fiche d'identité

  • Destination de la publication : externe, internet, réseaux sociaux
  • Périodicité : Trimestriel
  • Tirage : 140 000 exemplaires
  • Année de la création : 2010
  • Année de la dernière refonte : 2020
  • Utilisation de dessins de presse : La maquette est réalisée en lien avec Paul Filippi, illustrateur
  • Utilisation de la publicité : non
  • Quel est le mode de distribution de la publication ? Distribution dans toutes les boîtes aux lettres de l’agglomération et dépôt dans de nombreux sites publics et privés, notamment les cités universitaires. Publication sur le site internet et déclinaison des sujets sur les réseaux sociaux, notamment une vidéo making of.
  • L’impression est-elle certifiée ou labellisée éco-responsable ? Oui, utilisation de papier PEFC.

Trois caractéristiques principales de la publication

  1. La démarche de participation initiée auprès des lectrices et lecteurs
  2. L’évolution de la ligne éditoriale d’un magazine institutionnel à un magazine de territoire
  3. La ligne graphique plus légère et plus ludique

Ligne éditoriale

Le projet éditorial

Durant des années, Grand Nancy Actu était la publication phare de la Communauté urbaine, puis de la Métropole du Grand Nancy. Cette publication institutionnelle développait une ligne éditoriale immuable, celle d’une pédagogie active des services et des politiques publiques de la collectivité.

Au début du nouveau mandat, il nous est apparu important de faire évoluer notre ligne éditoriale, sans pour autant renier les valeurs qui nous sont chères : la pédagogie, la recherche de proximité avec les habitantes et habitants, le respect de la légitimité démocratique de nos élus. Après plusieurs séances de travail avec un cabinet de consultant qui a joué un rôle de révélateur, nous avons décidé de passer à une pédagogie plus légère et plus ludique, d’où le nom Métropoly qui fait à la fois référence au jeu de société familial, tout en conservant notre identité de Métropole.

Métropoly a également engagé une démarche participative en faisant entrer les journalistes pigistes, le photographe et l’illustrateur dans le comité de rédaction composé d’Elise Frisoni, attachée de presse, Chloé Marchal, rédactrice multimédia et de Charline Chambre, graphiste.

À l’occasion des deux derniers numéros, nous avons franchi une étape supplémentaire en intégrant des habitants concernés par la thématique du dossier du magazine. Ainsi, nous avons fait appel à des étudiantes et étudiants en journalisme pour évoquer les enjeux de la vie universitaire (n°92). Impliqués dans le choix des sujets et leurs angles, ces derniers ont constitué des binômes avec les journalistes pigistes. Le dossier mobilités (n°93) a été réalisé avec des usagers des mobilités qui ont raconté leurs aventures quotidiennes.

Le prochain numéro sera conçu cet été avec des actrices et des acteurs de la vie culturelle dans les communes à l’occasion de la très attendue réouverture des musées, salles de spectacle et cinémas.

Choix graphiques

La maquette et la conception graphique

Pour rendre Métropoly accessible à toutes et à tous, nous avons souhaité simplifier les pages. Le parti pris le plus important a été de laisser plus de place au blanc de la page. Nous avons cherché un rythme général plus qu’une densité de contenus. Ceci afin de les mettre en valeur, de faire respirer la lecture.

Dans un même temps, les contenus sont bien catégorisés de sorte à créer des repères visuels grâce à des rubriques claires, constantes et immédiatement identifiables par le lecteur (« parole d’élu », « focus », « agenda », etc.). Ainsi la lectrice et le lecteur retrouve au rythme des pages des repères et des mises en formes qui rassurent et rythment.

Les dessins réalisés par Paul Filippi, illustrateur nancéien viennent appuyer, ponctuer et personnaliser de façon unique, chaque double-page. Ces petits espaces plus ludiques permettent de surprendre et de donner une image plus chaleureuse à la collectivité. Ce travail collaboratif prouve la complémentarité et la force de l'aspect visuel quel que soit sa nature. C’est également une volonté de s’ouvrir aux plus jeunes. Un habitant sur cinq de la Métropole a en effet entre 18 et 29 ans. Une nouvelle cible pour notre magazine.

La Une

Nous faisons en sorte de valoriser des habitantes et habitants volontaires pour une séance photo. Nous avons pris le parti pris de nous passer d’un titre ou de sommaire en couverture, laissant la photo s’exprimer. Une base-line générique indique notre souhait de partager le Grand Nancy.

Fabrication

Moyens financiers

Budget global de la publication sur une année : 90 000 euros
Estimation du prix d’un numéro par habitant : 0,32 euros

Moyens humains

  • La maquette est réalisée : En interne par Charline Chambre, notre graphiste
  • La rédaction est réalisée : En interne avec le concours d’un comité de rédaction composé d’agentes et d’agents, ainsi que de journalistes pigistes, photographe et illustrateur. En fonction des thématiques, nous incluons des habitantes et habitants, notamment des étudiants pour le n°92 ou des usagers des transports pour le n°93.
  • La mise en page est réalisée : En interne par Charline Chambre, notre graphiste.
  • Les photographies sont réalisées : Par Mathieu Cugnot, photographe pigiste, associé au contenu.
  • Nombre de personnes mobilisées en interne (en équivalent temps plein) : 2,5

Intervention d’une (ou plusieurs) agence(s) : Shebam –Paul Filippi, illustrateur

Évaluation

Pour mettre en place une enquête de lectorat ou un dispositif d’évaluation de notre publication, nous souhaitons attendre que la ligne éditoriale soit bien intégrée par notre lectorat. Nous avons pour l’heure le retour des habitantes et habitants que nous faisons participer et celui spontané de lectrices et lecteurs. Des retours spontanés laissent à entendre que le magazine est désormais plus visible dans les boîtes aux lettres et les présentoirs.