Aller au contenu principal

Stratégies différentes dans la presse territoriale des régions

Publié le : 20 septembre 2017 à 14:04
Dernière mise à jour : 23 mars 2018 à 10:28
Par Cap'Com

La région Auvergne-Rhône-Alpes se dote d’un magazine, l'Ile-de-France abandonne le sien.

La région Auvergne-Rhône-Alpes se dote d’un magazine destiné à l’ensemble des habitants.

Alors que la région Île-de-France a mis fin à son magazine territorial au lendemain des élections régionales, la région Auvergne-Rhône-Alpes vient de lancer le sien. Deux stratégies de communication conduites par deux présidents qui font actuellement l’actualité au sein de leur parti.

Le premier numéro du magazine papier destiné à tous les habitants d’Auvergne-Rhône-Alpes offre un entretien illustré avec le président de la région. Il y développe les actions de ses premiers mois de mandat et rappelle sa volonté de parvenir à « une réduction historique du train de vie de la Région ».

Tiré à 1,7 million d’exemplaires, le trimestriel est diffusé en toutes-boîtes par la Poste dans les communes de moins de 5 000 habitants et en dépôt dans les bureaux de tabac/presse sur les autres communes. La maquette, conçue par une agence, donne une grande place à l’image pour laisser voir la richesse du patrimoine culturel et offre une galerie de portraits d’hommes et de femmes. À noter que le magazine porte comme titre le simple nom de la collectivité : La Région Auvergne-Rhône-Alpes.

La région Île-de-France cesse de faire paraître son journal territorial.

La décision, annoncée lors de la campagne pour les régionales, est rapidement tombée. La région Île-de-France cesse de faire paraître son journal territorial. Raison invoquée : la « chasse au gaspi » !

Diffusé 5 fois par an à 3,5 millions d’exemplaires, le magazine Île-de-France avait été refondu en 2013 et avait obtenu le Prix de la presse territoriale en 2014. Le magazine expliquait au grand public francilien le sens des politiques publiques régionales et montrait une région chef de file de la transition économique, écologique et sociale. Pour incarner ces politiques publiques et ce positionnement, le magazine donnait la parole aux acteurs de terrain qui bénéficient du soutien de la Région.

La publication papier avait été pensée en relation étroite avec le numérique pour construire un récit cohérent, un contrat de lecture commun, avec des temps et des modes de traitement spécifiques. Cette cohérence de la narration et des lignes éditoriales s’était traduite par la fusion des rédactions en octobre 2012.

La nouvelle majorité régionale souhaite réduire le train de vie de la région et vise des réductions budgétaires plaçant la suppression du journal papier régional sur le même plan que la division par trois du nombre de voitures ou la baisse des frais de réception de l’exécutif et des groupes politiques. La région comptera principalement sur le numérique pour rendre compte de son action et informer sur les services publics régionaux.