Aller au contenu principal

Qwant, une alternative éthique à Google

Publié le : 4 octobre 2018 à 14:00
Dernière mise à jour : 5 octobre 2018 à 09:30
Par Anne Revol

Y'a pas que Google dans la vie, y'a Qwant aussi, à Issy. Le 2 octobre 2018, la ville d’Issy-les-Moulineaux a annoncé l’installation de ce moteur de recherche français et respectueux de la vie privée sur tous ses postes informatiques. Emboîtant le pas à plusieurs autres administrations et organismes publics, cette ville pionnière en matière de numérique veut montrer qu'un choix est possible pour remettre de l’éthique dans nos pratiques du web.

Avec l’importante médiatisation de l’entrée en vigueur du Réglement européen sur les données personnelles - le fameux RGPD - en mai 2018, et des scandales comme celui de Cambridge Analytica cet été, la protection des données personnelles préoccupe les citoyens et incite les collectivités à remettre en question leurs pratiques. Autour du thème « Changeons la donn(é)e ! », les communicants numériques réunis à Issy-les-Moulineaux lors des 10e Rencontres nationales de la communication numérique, les 27 et 28 septembre 2018, se sont penchés sur l’un des outils numériques les plus utilisés, le moteur de recherche, dans le cadre du grand angle « Remettre de l'éthique dans nos pratiques ! ».

« Le moteur de recherche est une porte quasi incontournable d’accès à Internet et en même temps un des outils les plus intimes pour un utilisateur », a rappelé Léonard Cox, vice-président affaires publiques et RSE du moteur de recherche Qwant en ouverture de la conférence. « Un moteur de recherche qui collecte de la donnée peut tout savoir de nous et de nos activités ». C’est d’ailleurs ce que montre le spot publicitaire de Qwant pour mieux mettre en avant son positionnement : le respect de la vie privée des utilisateurs. Pas de cookies, pas d’historiques de recherche, des requêtes et des IP chiffrées, le moteur de recherche français assure ne pas pister ses utilisateurs, ne pas collecter de données personnelles et afficher les résultats de façon neutre.

Un partenariat avec Issy-les-Moulineaux

Une philosophie qui a résonnée à Issy-les-Moulineaux. La ville est engagée depuis longtemps sur les questions de l’éthique sur le web et partage avec Qwant les mêmes valeurs autour du respect et de la protection de la vie privée. Cette vision commune a abouti à la signature d’une charte de partenariat le 2 octobre 2018. Elle prévoit l’installation dès le 5 novembre de Qwant comme moteur de recherche par défaut sur tous les postes informatiques de la Mairie (1 000 postes), des équipements culturels et sportifs, des écoles primaires (32 écoles pour un total de 6 000 élèves) et des services de Seine Ouest Habitat (94 postes) et du Centre Communal d’Action Sociale (35 postes). Qwant Junior le moteur de recherche spécifiquement développé pour les enfants sera également installé par défaut dans l'Environnement Numérique de Travail (ENT) des écoles primaires. Ces changements s’accompagneront d’une campagne d’information et de formation menée par la ville avec les équipes de Qwant, en direction des agents municipaux et des chefs d'établissements scolaires, ainsi que d’actions spécifiques auprès des séniors.

Qwant Junior : un outil adapté à l’internaute mineur

Soutenu par 9 Académies sur 14, Qwant Junior est spécifiquement développé pour les enfants et adapté au système scolaire : pas de publicité, pas de contenus pornographiques ou violents, pas de commerce en ligne. Se Ressources pour décoder l’actu, sa recherche inversée, ses questionnaires « Les Incollables », permettent également d’éduquer au média et au numérique. « L’enjeu, c’est le respect de l’utilisateur mineur a qui on offrait des outils d’adultes », a expliqué Jean-Michel Morer, maire de Trilport et membre de l'Association des Petites Villes de France, venu présenter, lors de la conférence, son choix à l’instar d'Issy-les-Moulineaux d'équiper les postes de ses écoles avec Qwant Junior.

Montrer l’exemple

En communiquant sur cette démarche, Issy-les-Moulineaux affiche fortement sa volonté de veiller à la protection des données personnelles et de la vie privée de ses habitants. Une exemplarité dont l’importance a été soulignée par le maire de Trilport : « En tant que maire et élu, il faut bien se dire que la data, ce n’est pas neutre et à un moment donné, aussi assumer ses responsabilités ». Du côté d'Issy-les-Moulineaux, collectivité reconnue comme pionnière en matière de numérique et d’innovation, on espère envoyer un message fort en direction des autres collectivités en leur montrant le champs des possibles.

Qwant fait petit à petit son trou dans le secteur public français

Installation par défaut sur les postes des agents et ceux accessibles aux administrés, utilisation sur les sites internet et intranet, utilisation d’un moteur adapté aux enfants dans les écoles, plateforme d’utilisation des données ouvertes, moteur ELUNUM spécifique aux élus et acteurs publics… Qwant propose plusieurs outils aux collectivités. Et le moteur de recherche français séduit de plus en plus le secteur public. Seul moteur référencé dans le SILL 2018 (Socle Interministériel du Logiciel Libre) et recommandé par l’ANSSI (Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information), il a déjà conquis l’Assemblé Nationale, le CESE, la Gendarmerie nationale, Nice Métropole, la Région Normandie, la Région Île-de-France, et, il y a quelques jours, le ministère des Armées qui a annoncé l’adopter comme moteur de recherche par défaut.

Proposer une alternative éthique

« Il existe une pluralité de moteur de recherche dans le monde : Baidu en Chine, Yandex en Russie, Bing, Yahoo, DuckDuck Go, etc. », a rappelé Léonard Cox, le vice-président affaires publiques et RSE de Qwant. « Pourtant en Europe, un moteur de recherche détient 93 % des parts de marché en nombre de visites et requêtes ». Face aux contre-arguments de l’efficacité de Google, Qwant l’avoue : lancé il y a 6 ans seulement, il ne peut pas afficher le même niveau que le géant américain qui vient tout juste de fêter ses 20 ans. Mais le challenger français mise sur la pertinence et le développement de moteurs verticaux innovants (Qwant Junior, Qwant Music, Qwant Games, Qwant Sports, et bientôt Qwant Maps). « On veut proposer une alternative, sortir du monopole. » explique Jean-Baptiste Piacentino, directeur général adjoint de Qwant. Tout en rappelant que « la concurrence est à un clic. » La possibilité de remettre l’ éthique dans nos pratiques aussi.