Aller au contenu principal

« Tu me suis ? » : les agents strasbourgeois acculturent leurs collègues aux médias sociaux

Publié le : 12 novembre 2019 à 23:50
Dernière mise à jour : 14 novembre 2019 à 17:40
Par Anne Revol

Exit les chartes, bonjour le pragmatisme. Pour aider ses agents à affiner leurs usages des réseaux sociaux, la ville et Eurométropole de Strasbourg fait appel à… ses agents ! Issus de différents services de la collectivité et actifs sur les réseaux sociaux, ils témoignent de leurs pratiques dans des vidéos intitulées « Tu me suis ? » et lors d'ateliers d'échanges avec leurs collègues moins aguerris. Une opération d'acculturation en interne qui mixe agilité et bienveillance dans la continuité des actions déjà menées par la com interne et la com numérique autour des usages social média.

Dans les mêmes thématiques :

« Faut-il séparer profils pro et perso ? », « Peut-on tout dire sur les réseaux sociaux ? », « Comment faire sa veille ? ». À ces questions que peuvent se poser leurs collègues, différents agents de la ville et de l’Eurométropole de Strasbourg apportent leur réponse en expliquant leurs propres façons de faire sur les médias sociaux dans une collection de vidéos. La campagne intitulée « Tu me suis ? » a été lancée en octobre 2019 avec la diffusion d’une première vidéo sur l’articulation entre l’expression professionnelle et personnelle. Une deuxième vidéo mise en ligne ce 13 novembre 2019 aborde l’utilisation du réseau social Twitter. Chaque diffusion est complétée par la mise en ligne d’un article sur l’intranet et l’organisation d’un atelier d’échange à partir de la vidéo avec l’ensemble des agents intéressés au Tipi (Tiers lieu interne à la collectivité).

De l’échange pragmatique plutôt qu’une charte

Avec cette campagne, les services communication de l’Eurométropole ont choisi de privilégier le partage d’expérience sur les réseaux sociaux plutôt que de concevoir une énième charte d’usage. « Cette campagne s’inscrit dans la continuité de plusieurs initiatives menées pour accompagner les agents, qui ne savent pas toujours comment utiliser les réseaux sociaux dans un contexte professionnel », précise Claude Harter, responsable de la communication interne de l'Eurométropole et de la ville de Strasbourg. « Nous avons commencé par de petits cycles de conférences pratiques de deux heures sous une forme très légère façon “les dix commandements” pour soigner son identité en ligne, faire sa veille, etc. Les agents s’inscrivaient pour partager leurs pratiques sur Facebook, Twitter et LinkedIn, apportant des témoignages très personnels sur des sujets comme la confidentialité, par exemple. En 2017 nous avons ouvert un espace thématique communautaire dédié aux réseaux sociaux sur notre nouvel intranet Totem. Et plus récemment nous avons mis en place du reverse mentoring. » Ce mentorat inversé consiste à faire accompagner un « senior » qui a envie d’améliorer ses pratiques sur les réseaux sociaux par un « junior » disposant d’une expertise social média forte. « Ces deux personnes se retrouvent pendant une heure plusieurs fois par mois », précise Claude Harter. « Nous venons de faire le bilan de cette action que nous allons reconduire avec plus de personnes. »
« Nous avons aussi proposé "1 jour à Strasbourg", une opération terrain de pratique des réseaux sociaux », ajoute Pierre Bergmiller, responsable de la communication numérique. « Pendant une demi-journée, les agents se promènent dans Strasbourg et utilisent Twitter, Instagram, etc. Cela leur permet de comprendre à quoi ça sert, et pourquoi certains de leurs collègues s’en servent. »

Bienveillance et agilité

La campagne « Tu me suis ? » poursuit cet objectif de faire comprendre pourquoi certains collègues sont très actifs sur les réseaux. Elle vise aussi à permettre aux agents de se positionner sur les réseaux sociaux par rapport à leur pratique professionnelle. À la manière des conférences pratiques déjà proposées, les agents expérimentés présentent chacun leur approche, souvent différente de celle des autres témoins. Dans la première vidéo par exemple, certains agents indiquent avoir un seul compte pour gérer leurs prises de parole pro et perso, d’autres deux. « On ne donne pas de leçon, chacun peut entendre l’exemple de ses collègues et l’appliquer à sa manière », complète Pierre Bergmiller. Une acculturation entre pairs en toute bienveillance et qui permet une certaine agilité. « En fonction des besoins, des thèmes qui peuvent émerger lors des ateliers ainsi que des nouveaux agents identifiés, des contenus complémentaires seront tournés. Nous nous réservons ainsi une certaine agilité sur les vidéos suivantes. »

Com interne, com numérique et service éditions : une équipe projet interne transversale aux manettes

L’opération « Tu me suis ? » a été entièrement réalisée en interne. L’ équipe projet composée de Pierre Bergmiller responsable communication numérique, Claude Harter, responsable communication interne, Léa Davy, journaliste de l’équipe éditions et de Thomas Schwartz, responsable de l’équipe vidéo s’est réunie à plusieurs reprises à partir de février 2019 pour définir les thématiques et les sujets, et identifier les agents de différents services métiers actifs sur les réseaux sociaux, et approchés pour contribuer à la réflexion et intervenir dans les vidéos. Tournage, conception d’un habillage et d’un traitement visuel spécifique, dérushage et montage, entre mars et juillet 2019, la journaliste et le responsable de l’équipe vidéo ont ensuite travaillé en binôme. 

Les deux premières vidéos de cette campagne interne sont accessibles à tous en ligne sur Dailymotion, ce qui permet de toucher les agents qui ne vont pas sur l’intranet. Elles sont également diffusées sur le compte LinkedIn de la collectivité. Un compte dynamique dont l’audience montre bien que les agents se saisissent des réseaux sociaux . Parmi les 15 000 abonnés, 1 500 sont des agents ou anciens agents. Et pour ceux qui rejoignent la collectivité, un module sur les réseaux sociaux sera prochainement intégré aux journées d’accueil.

À lire aussi :
Les agents publics peuvent-ils s'exprimer librement sur les réseaux sociaux ?
Lire la suite