Aller au contenu principal

Budget participatif : la com d'Angers pour des habitants vraiment impliqués

Publié le : 17 décembre 2018 à 14:10
Dernière mise à jour : 18 décembre 2018 à 11:32
Par Anne Revol

Ils ont voté pour Angers. Le 5 décembre 2018, les membres du jury du Grand Prix Cap’Com 2018 ont primé la capitale de l’Anjou pour sa communication sur le budget participatif. Et surtout ses habitants ! 6761 ont voté pour l’un des 59 projets en lice, désignant ainsi 16 lauréats. Décryptage de la campagne angevine qui a su donner les moyens aux habitants de s’impliquer et de se mobiliser avec un dispositif multi-cible, décliné sur un temps long, et conçu en interne.

Conseils de quartier, journée citoyenne, réserve citoyenne, ou comptoir citoyen : la ville d’Angers a déjà engagé plusieurs actions de participation citoyenne quand elle lance son budget participatif en janvier 2018. Elle ouvre alors une nouvelle séquence d’actions et de communication citoyennes autour de sa dynamique « Écrivons ensemble notre avenir ».

Un million d’euros du budget d’investissement de la ville est dédié à la réalisation de projets proposés et votés par les Angevins. Première étape : l’appel à idées qui recueille entre le 15 janvier et le 30 avril 303 propositions sur la plateforme collaborative ecrivons.angers.fr. L’étude de faisabilité - étude des critères d’éligibilité et de faisabilité par les services municipaux, échanges avec les Angevins à l’origine de chaque idée, retrait des propositions déjà en cours de réalisation ou de concertation – permet de retenir 59 projets. Ils sont soumis au vote des Angevins du 4 au 22 octobre 2018, qui sont appelés à choisir leurs 5 projets favoris. Cette phase de vote s’accompagne d’une campagne de mobilisation au double objectif : faire connaître le dispositif et les projets et faire voter les Angevins, impliquer les porteurs des 59 projets pour qu’ils mènent eux-même leur campagne.

Informer, expliquer et faire participer les habitants

Pour informer et expliquer le budget participatif, la ville déploie plusieurs supports en affichage (affiches, panneaux numériques), digital (site internet de la ville, réseaux sociaux), print (dans le magazine municipal Vivre à Angers, via un dépliant et des infographies explicatives diffusés dans les commerces et les équipements publics à 20 000 exemplaires). Elle réalise également un tutoriel en motion design présentant les modalités de vote.

Sur le terrain, plusieurs dispositifs permettent aux habitants de prendre connaissance des projets. Une signalétique de présentation des projets est déployée dans les quartiers via 15 points d’information et de teasing en plein air (avec affichage et stickers au sol) et en centre-ville via 6 totems cubiques de 3 mètres de haut en place centrale d’Angers.

Deux lieux de rencontres sont également mis en place :

  • la caravane du budget participatif : un véhicule utilitaire aux couleurs du projet, qui sillonne les quartiers au gré des rassemblements et temps forts qui y sont programmés : marchés, campus, maisons de quartiers... avec en moyenne, 2 créneaux de rencontre chaque jour.
  • l’agora du budget participatif : une espace éphémère de présentation des projets et de vote en place centrale d’Angers qui propose des projections de diaporama, un plateau radio et une table tactile donnant accès à l’application ludique www.budget-participatif-angers.fr pour consulter les projets par centres d’intérêt et/ou localisation.

Ces deux lieux de rencontres permettent également aux Angevins d’exprimer leur choix pendant la phase de vote. « On a installé une urne dans la ville et une urne dans chaque mairie de quartier » complètent François Lemoulant, dircom et Stéphanie de Bovée, chargée de communication de la ville d'Angers venus présenter la campagne au Forum Cap’Com. Aux côtés de ces 13 points de vote, les Angevins peuvent voter en ligne sur le site ecrivons.angers.fr.

Impliquer les porteurs de projets en favorisant la proximité et la viralité

Application ludique, agora, caravane mobile : les outils et moyens de communication déployés auprès des habitants pour qu’ils prennent connaissance des projets ont servi d’appui aux porteurs des 59 projets en lice. « Nous leur avons proposé de venir sur les deux points de rencontres et ils ont été nombreux à s’inscrire sur les plannings », explique la chargée de com. « Ils se sont appuyés sur ce que nous avons proposé ». À l’agora, un partenariat avec une radio locale - Radio Campus - permet également aux porteurs de projet d’être interviewés en direct : des entretiens ensuite partageables sur les réseaux sociaux, qui favorisent à la fois la proximité (interview au cœur de la ville) et la viralité.

Au-delà des outils de rencontres entre les porteurs de projets et les habitants, la ville a surtout donné les moyens aux porteurs de projet de mener campagne pour les impliquer réellement. En les outillant : chaque porteur a reçu un kit communication, contenant un gabarit de « fiches projets », identique pour tous, des fonds d’affichettes et de flyers, un diaporama et un guide « bien communiquer ». Et surtout en les accompagnant. « Nous souhaitions ne pas les lâcher, les accompagner en leur apportant un cadre pour l'utilisation des outils de com », explique le dircom. « Nous avons organisé plusieurs ateliers pour les aider à mener campagne : conseils de communication, usage des réseaux sociaux, appui technique à la réalisation d’affiches et de flyers. » Résultat : un foisonnement d’idées et une réelle appropriation des outils par les porteurs. La communication de la ville donne les moyens, les habitants, porteurs de projet, communiquent. Une campagne en prise directe avec le terrain, qui a apporté aux communicants les bienfaits d’aller au contact « Nous nous sommes libérés de nos carcans », ajoute Stéphanie de Bovée.

Une campagne 100 % maison

Aux côtés de la chargée de communication, une graphiste et une stagiaire ont constitué l’équipe qui a piloté et mis en œuvre conjointement cette campagne avec la mission participation citoyenne. Au total, 6 personnes en poste et 2 renforts dédiés au suivi des actions citoyennes ont assurésavec les porteurs de projets les présences sur le terrain et à l’agora. Des points de rencontres qui représentent plus de 50 % des 50 000 euros du budget global de communication.
Agora, caravane et signalétique dans la ville représentent un coût de 35 000 €. La communication tout support, l’application de consultation des projets et les photos/vidéos représentent chacun un budget de 5 000 €.
Pour la conception et la réalisation de cette campagne, les deux services se sont appuyés principalement sur les ressources internes : création et déclinaison de l’univers graphique « Écrivons ensemble notre avenir », impression, appui logistique et technique. Une campagne 100 % maison « qui répond à une de mission première de la com énoncée pendant le Forum Cap'Com de Lyon », souligne le dircom d’Angers : « donner envie au gens de s’impliquer dans la cité »

À voir aussi
Le budget participatif d'Angers