Aller au contenu principal

Concertation, l'exigence d'une meilleure information

Publié le : 19 novembre 2017 à 11:43
Dernière mise à jour : 9 avril 2018 à 17:24
Par Cap'Com

Les Français sont nombreux à ne pas savoir si leur commune mène des démarches de concertation. Un manque d’information criant que révèle le Baromètre de la concertation.

Dans les mêmes thématiques :

Les démarches de concertation et de participation sont de mieux en mieux comprises et perçues par les Français, selon le Baromètre de la concertation (*). Certes, 68 % des citoyens pensent que la démocratie participative vise souvent à « faire croire qu’on écoute les citoyens tout en décidant sans eux ». Mais ils sont 82 % à estimer qu’elle permet d’associer les citoyens à la vie locale.

Plus significatif encore, en cette période de contraintes budgétaires et de recherche d'efficience dans les services publics, les français sont 64 % à estimer que la participation permet de rendre les décisions publiques plus efficaces. Un chiffre qui n’a jamais été aussi haut depuis la première édition du Baromètre en 2011.

Le sondage révèle aussi que les citoyens souhaitent de plus en plus que les dispositifs de concertation leur offrent la possibilité de contrôler les élus. Ils étaient 40 % à exprimer cet objectif il y a 6 ans, et 55 % aujourd’hui.

Efficacité et contrôle, l’impact des démarches de concertation sur les décisions publiques est donc de plus en plus favorablement perçu. C’est là une évolution positive récente et réconfortante qui peut permettre de retrouver de la confiance envers les élus et de dépasser certains discours populistes.

Manque d’information sur les dispositifs de concertation

Pour les communicants publics, ce baromètre révèle aussi que près d’un Français sur deux ne sait pas si sa commune mène des démarches de concertation. Pire, l’enquête révèle qu’ils sont aussi très nombreux à être persuadé que leur commune ne conduit aucune action en ce domaine, y compris dans les collectivités où des dispositifs sont en place. Près d'un quart des citoyens pensent que leur commune n’a jamais organisé de débats, d’ateliers ou des réunions avec les habitants. Ils étaient que 11% à penser la même chose en 2011 alors même que les dispositifs de concertation se sont plutôt développés ces dernières années. Comment expliquer cette perception d’une communication insuffisante ? Première raison, les Français s’intéressent davantage aux démarches de participation. Ils appellent à un développement de la démocratie participative en général (80 %, +4 points) et estiment souvent qu’il n’y en a pas assez dans leur commune (54 %, +11 points). Il cherchent donc à savoir ce qui est fait : l’information est davantage attendue.

Seconde raison, les Français affirment participer davantage aux dispositifs existants. Selon le baromètre, l’indicateur de participation est en hausse depuis 2013, passant de 31 % à 46 %. Le manque d’information sur les possibilités qu’ils ont de participer à la concertation est plus mal ressenti aujourd’hui par les Français.

De nouvelles modalités de démocratie participative.

Réunions, ateliers, instances diverses comme les conseils de quartier ou les conseils de jeunes… la concertation revêt de multiples facettes. Mais les Français attendent là aussi un certain renouvellement.

Une majorité de Français estime que la consultation d’assemblées de citoyens tirés au sort avant de prendre des décisions publiques aurait pour effet d’améliorer les décisions prises. Une idée qui fait son chemin surtout au niveau communale et intercommunal.

L’étude révèle encore l’importance de l’attente des Français en matière de référendum. En effet, une majorité d’entre eux souhaiterait que le prochain Président de la République modifie la Constitution pour développer le recours au référendum : soit à l’initiative de 100 000 citoyens (67 %), soit à l’initiative du Conseil économique, social et environnemental (57 %), soit de sa propre initiative (58%), notamment sur des questions de société ou les grands projets ayant un impact sur l’environnement.

En revanche, le vaste mouvement de la Civic tech, en effervescence partout dans le monde, qui veut mettre les outils numériques au service d’une participation plus large des citoyens à la vie publique, reste encore ignoré. Mais les budgets participatifs, les plateformes de consultation ou de co-construction, les solutions de partage et d’enrichissement de données, les applications d’alerte et d’échanges sont prêts. Faut-il encore que les élus soient suffisamment motivés et que les communicants publics sachent mettre en œuvre ces nouveaux outils.

Baromètre de la concertation.

Enquête conduite par Harris Interactive, l’agence Respublica et l’Institut de la concertation et de la participation. Réalisée en ligne du 6 au 8 décembre et du 13 au 15 décembre 2016. Échantillon de 1 441 personnes résidant dans une commune d’au moins 3 500 habitants, issues d’un échantillon représentatif des Français âgés de 18 ans et plus.

Fermer

Modalités d'inscription à une rencontre

Article 1 : Conditions d'inscription

La validation de votre inscription en ligne implique l’acceptation de votre part des présentes conditions générales de vente. Après validation de votre inscription en ligne, une convention de formation sera adressée par courrier à l'adresse saisie lors de votre inscription.

Article 2 : Modifications

Cap’Com se réserve le droit de modifier la date et le lieu de la manifestation si des circonstances indépendantes de sa volonté l’y obligent ou de l’annuler si le nombre de participants est insuffisant. En cas d’annulation de son propre fait, Cap’Com s’engage à rembourser à l’organisme le montant des frais d’inscriptions avancés.

Article 3 : Conditions et moyens de paiement

Les frais d'inscription comprennent : la participation à la manifestation, les éventuels documents pédagogiques, l'accueil café et les déjeuners. Le règlement de l'inscription, ou le bon de commande administratif pour les collectivités territoriales, doit parvenir à Cap'Com au plus tard avant le début de la manifestation. En étant inscrit à cet événement, vous êtes abonné à la newsletter de Cap'Com (envoyée tous les 15 jours). Cet abonnement vous permet de bénéficier des comptes-rendus des événements du réseau et de l'actualité de la communication publique.

Le règlement de l'inscription peut se faire : • par chèque à l'ordre de Cap'Com • par virement bancaire ou mandat administratif • prise en charge par les OPCA : il vous appartient de vérifier l'imputabilité du stage auprès de votre OPCA, de faire la demande de prise en charge auprès de l'organisme et de l'indiquer à Cap'Com lors de votre inscription dans l'adresse de facturation. Le dossier de prise en charge doit nous parvenir au plus tard avant le début de la manifestation.

Dans le cadre d’un abonnement Cap’Com Intégral, vous pouvez utiliser vos crédits de formation. Pour cela il suffit de sélectionner votre tarif en crédit de formation lors de votre inscription : l’inscription aux rencontres s’élève à 1 crédit de formation.

Une facture (hors Cap'Com Intégral) sera adressée par courrier à votre organisme ou OPCA à l'issue de la manifestation. La TVA applicable est de 20%.

Article 4 : Conditions d'annulation

Toute annulation d'inscription devra être formulée par écrit et donnera lieu au versement d'une somme forfaitaire de 150,00 € HT pour frais de gestion administrative. Si l'annulation survient dans les 15 jours précédant la manifestation, l'organisme s'engage à acquitter l'intégralité des coûts quel que soit le motif de l’annulation. Pour les abonnés Cap’Com Intégral, les crédits de formation seront soustraits au solde des crédits disponibles. La formule "inscrits supplémentaires" offre un tarif réduit pour l'inscription de deux personnes et plus issues du même organisme. En cas d'annulation de l'un des participants, le tarif simple est appliqué sur le premier inscrit. En cas d'empêchement, un agent peut néanmoins se faire remplacer par un autre agent du même organisme sur demande écrite à contact@cap-com.org.

Article 5 : Attestation de présence

À l’issue de la manifestation, Cap’Com s’engage à adresser à votre organisme une attestation de présence dûment certifiée.