Aller au contenu principal

Let's Grau, une marque territoriale condamnée pour « usage de l’anglais »

Publié le : 25 avril 2018 à 13:35
Dernière mise à jour : 25 juin 2018 à 09:15
Par Cap'Com

Inspire Metz, OnlyLYOn, Alpes Is(h)ere, Creative Lab/ourgogne, Enjoy Rouen Normandy, Marseille on the move et Let's Grau. Mais pourquoi le couperet est-il tombé sur la station balnéaire du Grau-du-Roi ? Une association qui « lutte pour la défense de la langue française et contre le tout anglais » a attaqué la ville en justice pour l’usage de l’anglicisme Let's Grau dans sa marque territoriale. Le 16 mars, le tribunal administratif de Nîmes a rendu sa décision en première instance et a interdit l’usage de cette marque sur tous les supports de la ville.

La municipalité a décidé de faire appel du jugement et poursuit pour l'instant sa communication sur la cité balnéaire, alors qu’approche la saison touristique. « Casquettes, tee-shirts ou plutôt tricots à manche courte et autres chaises longues estampillés avec le slogan "Let's Grau" resteront jusqu'à la fin de la saison en vente, à l'office de tourisme », se rassure le journal local.

Le jugement du tribunal administratif de Nîmes résulte d'une plainte déposée par l'association Francophonie Avenir qui s'appuie sur les manquements de la ville à la loi du 4 août 1994 relative à l'emploi de la langue française, dite aussi "loi Toubon". Celle-ci prévoit notamment que « dans la désignation, l'offre, la présentation, le mode d'emploi ou d'utilisation, la description de l'étendue et des conditions de garantie d'un bien, d'un produit ou d'un service, ainsi que dans les factures et quittances, l'emploi de la langue française est obligatoire ».

Les associations de défense de la langue française mènent un combat juridique constant. En 2015, le tribunal administratif a imposé à la ville de Nîmes de changer la signalétique bilingue, français – anglais, qu’elle avait mise en place devant les monuments nîmois. La ville a réécrit ses panneaux en trois langues, rajoutant l’italien. La ville de Remoulins, sous la menace d’une requête auprès du tribunal administratif a dû changer ses messages de bienvenue dans la ville qui étaient en français et anglais. Ils sont désormais aussi écrits en allemand. Le comité d'organisation de Paris 2024 qui a choisi un slogan "Made for Sharing", a aussi été attaqué en justice, tout comme l'université Paris-Sciences-et-lettres pour son label "Research University".

Alors que l’anglais fleurit dans les noms et marques des entreprises, que les cours dans les écoles et universités se donnent en anglais pour capter les étudiants étrangers, les marques territoriales qui sont en concurrence pour attirer touristes et investisseurs du monde entier, vont-ils devoir se passer des anglicismes que même des labels publics comme French Tech ou #FrenchImpact, utilisent.

Le CSA nous invite à éviter les anglicismes

Avec « Dites le en français », une série de spots humoristiques, le CSA nous avait invité, en 2015, à éviter les anglicismes et le langage SMS dans nos médias. Redécouvrons l'un des trois clips humoristiques produits alors par France Télévisions en association avec TV5 Monde et France Médias Monde. L'appel du CSA avait été entendu et de nombreux médias avaient joué le jeu en les diffusant.