Aller au contenu principal

Moi candidate ou candidat pour faire gagner ma campagne... de com

Publié le : 2 juillet 2020 à 07:04
Dernière mise à jour : 13 octobre 2020 à 21:17
Par Nastassja Korichi

Pourquoi s'inscrire au Grand Prix annuel de la communication publique ? Parce que candidater, c'est une manière de défendre son bilan de communication et celui de ses équipes. Candidater, c’est aussi œuvrer pour l’intérêt de la profession, en faisant connaître ce qui se fait dans les territoires en matière de communication publique. Et au final – pourquoi pas ? – parce que gagner est un moment de fierté partagée, comme nous le racontent ces lauréats qui reviennent sur l’événement.

Candidater n’est pas un acte anodin : on peut s’exposer à être nominé et même… à gagner. La compétition est juste et assise sur un dispositif d’analyse important : plus de 30 professionnels et experts de la communication publique œuvrent au sein de trois jurys consécutifs. Leur rôle : passer en revue tous les détails des campagnes pour distinguer les opérations complètes, efficaces ou innovantes.

Benjamin Teitgen, Nicolas Gosselin, Coralie Denis-Gaudin, Éric Laisne, Catherine Durfort, Cécile Humeau et leurs équipes ont déposé un dossier pour le Grand Prix Cap’Com 2019. Fiers de leur prix et de ce qu’il représente, ils reviennent sur leur expérience de candidat-lauréat.

Benjamin Teitgen est responsable de l’information de Rennes Ville et Métropole.
Nicolas Gosselin est dircom de la ville de Mondeville.
Coralie Denis-Gaudin est responsable de la communication de Terres de Loire Habitat.
Éric Laisne est dircom de la STAS, réseau de transport public de la métropole de Saint-Étienne. Catherine Durfort est dircom du département d’Ille-et-Vilaine.
Cécile Humeau est responsable de la communication interne au conseil départemental de la Charente-Maritime.

Retrouvez le palmarès 2019

Quelles sont les raisons qui vous ont convaincus de déposer un dossier de candidature pour le Grand Prix Cap’Com ?

Benjamin Teitgen : En déposant ce dossier et en soumettant notre démarche au regard de collègues et du jury, nous avons voulu partager une réflexion sur notre métier et une expérience qui nous a mobilisés durant plusieurs années. Le fait de devoir synthétiser et traduire par écrit cette démarche et cette réflexion nous a également permis de développer un discours commun sur notre pratique professionnelle.

Nicolas Gosselin : Je me suis dit qu’à l’heure où l’on valorise les filières courtes et l’autoproduction, montrer ce travail entièrement fait maison avait du sens. C’était l’occasion de mettre en avant notre petite commune de 10 000 habitants et d’obtenir un rebond de visibilité. Et à titre plus personnel, j’avais envie d’évaluer mon travail devant des professionnels de la communication publique.

Éric Laisne : J’ai déposé le dossier « Un tramway nommé Design » avant tout parce que j’en étais fier. Également parce que ce prix est une opportunité supplémentaire pour valoriser les richesses du projet.

Je pensais que seules les grandes collectivités gagnaient. Au final, c’est simple et accessible à tous.

Coralie Denis-Gaudin : Ce qui m’a convaincue de déposer le dossier : c’était sa facilité ! J’ai regardé comment fonctionnait le système, par curiosité, en me disant « ce n’est pas pour nous, ça doit être compliqué ». Je pensais que seules les grandes collectivités et autres organismes publics gagnaient, car ils ont en général de gros moyens. Mais au final c’est simple de remplir le dossier, c’est accessible à tous. Le fait de remporter ce prix a été une belle surprise, et une reconnaissance de notre investissement.

Quel a été l’impact du prix sur les équipes et sur le projet récompensé ?

Benjamin Teitgen : L’impact de ce prix a été (très) positif dans l'écosystème de communication local (partenaires/prestataires, etc.). Il a occasionné de nombreuses sollicitations de la part de la presse professionnelle, un relais bienvenu pour expliquer notre dispositif. Indiscutablement, le prix a contribué à une compréhension progressive de notre démarche par les acteurs locaux.

Éric Laisne : Une fierté partagée par l’ensemble des parties prenantes, élus et techniciens des organismes concernés : Saint-Étienne Métropole, Cité du design et STAS. D’ailleurs, en anecdote, il faut savoir que les premières semaines nous avons mis en place une « garde alternée » pour que le trophée soit équitablement exposé dans les murs de la STAS et ceux de la Cité du design !

Coralie Denis-Gaudin : Le prix a permis de renforcer la crédibilité du projet aux yeux des élus du conseil d’administration. Concernant nos partenaires financiers, cela les a aussi confortés dans leur choix de nous accompagner.

Catherine Durfort : Une grande fierté de toutes et tous : équipes, élu, président, DGS... Le président a remercié publiquement la direction de la communication devant l’assemblée départementale !

Cécile Humeau : Nous en retirons de très bonnes retombées, beaucoup de fierté et d’engouement pour la web série primée. Ce prix a permis une forme de reconnaissance de la com interne, en interne. En externe, nous avons communiqué sur le prix auprès du public. Le feedback de cette communication est important. Par exemple, le tweet annonçant notre prix a atteint 17 322 impressions : c’est notre 4e meilleur tweet pour l’année 2019.

De gauche à droite, le dispositif éditorial de Rennes, Ville et Métropole, l'opération Cultur'Hall de Terres de Loire Habitat, et la campagne Serial krotters de la ville de Mondeville.

Avez-vous été contactés par d’autres professionnels du réseau ou bien d’autres organismes pour échanger autour du projet récompensé ? Qu’avez-vous pu leur apporter et qu’avez-vous tiré de ces échanges ?

Benjamin Teitgen : Nous avons répondu à beaucoup de sollicitations de collègues de toute la France (Lyon, Dunkerque, Vitry, Strasbourg, etc.) qui sont venus voir comment nous travaillons ou qui nous ont invités à venir présenter notre démarche. Cela a donc donné naissance à de nombreux échanges sur des problématiques communes, et sur les choix stratégiques des uns et des autres par rapport à ces problématiques.

Nicolas Gosselin : La campagne continue de vivre : nous venons de répondre à une sollicitation d’une commune belge nous demandant l’autorisation de reprendre les visuels de campagne !

Coralie Denis-Gaudin : Nous avons été sollicités par d’autres bailleurs sociaux et réfléchissons actuellement à la manière d’essaimer le projet.

Quels conseils aimeriez-vous donner aux futurs candidats du Grand Prix Cap’Com ?

Nicolas Gosselin : Laissez reposer votre campagne pendant trois mois. Puis regardez-la de nouveau. Si vous l’assumez toujours, alors ça vaut le coup d’essayer !

Éric Laisne : Débordez du cadre, ne vous arrêtez pas aux catégories proposées par le Grand Prix. Si votre projet n'entre pas complètement dans une catégorie, c’est qu’il est riche (bon courage au futur jury !). Pensez à mixer : faites dans la co-construction, le collaboratif, le partage, croisez des mondes qu’à l’origine tout oppose. Votre réussite n’en sera que plus savoureuse. Provoquez les réflexions et les échanges. Bouleversez les codes. Innovez en déplaçant ou en décalant les messages ou les supports. Valorisez les erreurs ou les contraintes : les obstacles ne sont qu’un point de vue à l’instant T, dans d’autres contextes, ils peuvent se révéler être la clé d’une excellente campagne.

Coralie Denis-Gaudin : Oser ! Ce prix n’est pas réservé qu’aux grands. Et le dossier est simple à remplir. Quand on voit les projets retenus et le regard du jury, on comprend que ce Grand Prix a du sens.

Débordez du cadre, croisez des mondes qu’à l’origine tout oppose (…), votre réussite n’en sera que plus savoureuse.

32e Grand Prix de la communication publique, c'est parti !

C'est parti pour l'édition 2020 du Prix des campagnes de communication publique et territoriale. Les inscriptions sont ouvertes du 2 juillet au 15 octobre 2020.

Le palmarès du Grand Prix sera présenté lors du Forum Cap’Com, qui aura lieu à Rennes du 8 au 10 décembre 2020.

Le dépôt de la candidature est gratuit, ouvert à toute opération de communication menée par une institution publique, et facile : il suffit de cliquer sur le bouton d'inscription, et de vous laisser guider.

du 02 juillet 2020 au 15 octobre 2020

Participez gratuitement au Grand Prix Cap'Com

Ça m'intéresse
À lire aussi :
Grand Prix Cap'Com 2019 : une communication publique et territoriale foisonnante et branchée
Lire la suite
Fermer

Le règlement du Grand Prix Cap'Com 2023

Le dépôt de candidature pour le Grand Prix Cap'Com est gratuit.

I. PROCÉDURE D’INSCRIPTION

• Qui peut être candidat ? Le Grand Prix Cap'Com concerne toute opération de communication menée par une collectivité territoriale, un EPCI ou une structure intercommunale, une administration déconcentrée ou un ministère, une chambre consulaire, un office de logement social, une SEM, un organisme public ou parapublic, une association... Tout dossier déposé par une agence prestataire doit être co-signé par un représentant administratif ou élu de la collectivité candidate.

• Quelles sont les périodes concernées ? Les inscriptions pour le 35e Grand Prix de la communication publique et territoriale seront ouvertes du 1er juillet 2023 au 15 octobre 2023. Les dossiers présentés concernent les opérations intervenues entre septembre 2022 et septembre 2023. Les opérations à caractère pluriannuel peuvent être présentées dès lors qu’une première phase de réalisation a eu lieu avant le 30 septembre 2023.

• Comment participer ? La participation au Grand Prix de la communication publique et territoriale est simple et gratuite. Pour se porter candidat, il suffit de respecter les 3 étapes de l’inscription : 1. Enregistrer la campagne sur www.cap-com.org. Un mail de confirmation est envoyé suite à l’enregistrement en ligne. 2. Préparer les éléments constitutifs du dossier 3. Envoyer le dossier complet au plus tard le 15 octobre 2023 minuit à l’adresse suivante : concours@cap-com.org

Attention, l’inscription au Grand Prix n’est définitivement validée qu’à réception du dossier. Un accusé de réception est envoyé aux candidats, avec un délai compte-tenu du traitement des dossiers.

• Quels sont les éléments à fournir dans le dossier de candidature ? Pour assurer l’égalité des candidats, la présentation des dossiers doit être neutre et uniforme tout en faisant ressortir les éléments de fond. Tout dossier doit donc respecter les règles de présentation et contenir : - La fiche de synthèse argumentée de 3 pages maximum correctement remplie et au format word. Destinée aux membres des jurys, elle ne doit faire l’objet d’aucune modification de forme ni d’organisation des items. La fiche de synthèse est disponible en téléchargement sur le site de Cap’Com et jointe au mail de confirmation d’enregistrement de la campagne. - Le power-point d'illustration comportant vos visuels de campagnes et autres supports (audios, vidéos, photographies, etc.) - Tous supports utiles à la compréhension de l’opération (audios, vidéos, multimédias etc.) en format natif mp4 / jpeg / etc.

Attention, tout dossier incomplet ou incorrectement renseigné est disqualifié.

• Peut-on concourir plusieurs fois ? Les candidats peuvent présenter un ou plusieurs dossiers, dans une ou plusieurs des catégories du Grand Prix Cap’Com. Un dossier spécifique doit être réalisé pour chacune des opérations présentées.

• En candidatant au Grand Prix Cap'Com, vous êtes abonné à la newsletter de Cap'Com (envoyée tous les 15 jours). Cet abonnement vous permet de bénéficier des comptes-rendus des événements du réseau et de l'actualité de la communication publique.

II. FONCTIONNEMENT DU GRAND PRIX

• L’analyse des dossiers L’analyse des dossiers se fait en plusieurs étapes. Ils sont soumis à des regards successifs et différents. Ils sont examinés au sein de catégories thématiques indépendamment de la taille et de la nature de l’organisme candidat. Les membres des jurys tiennent compte des disparités d’échelle et de moyens dans leurs délibérations.

Les jurys Le jury pro rassemble une trentaine de professionnels de la communication publique (directeurs de la communication, graphistes, webmasters, agences…) et d’observateurs du secteur public local. Pendant une journée complète il étudie l’ensemble des dossiers qui lui sont présentés et distingue les “nominés”. Ce sont les campagnes de communication publique les plus remarquables de l’année. La liste des nominés est rendue publique le lendemain du jury pro. Seuls les nominés restent en lice pour obtenir un prix.

Le Grand Jury est composé de représentants du monde de la communication et des médias, et présidé par une personnalité choisie pour le regard particulier qu’elle porte sur la communication des institutions publiques. Il établit le palmarès en décernant les prix de catégories et le Grand Prix de l’année parmi les campagnes nominées par le jury pro.

Le jury des jeunes Une sélection de campagnes est soumise à l’analyse d’une dizaine de représentants des Conseils de jeunes qui décernent le Prix spécial jeunes. Ce prix spécial est organisé en partenariat avec l'Association nationale des conseils d'enfants et de jeunes (Anacej).

Les critères d’évaluation Le Grand Prix Cap'Com s'attache avant tout à la dimension stratégique de la communication, aux démarches globales, à l'adéquation entre objectifs et moyens. Chaque jury analyse les campagnes candidates au regard des critères d'évaluation suivants : - Réflexion stratégique et adéquation entre objectifs et moyens - Qualité et pertinence des dispositifs de communication - Originalité des démarches, choix des outils et des supports - Qualité et efficacité des créations - Recherche d'un travail partenarial - Les éléments d'évaluation sont particulièrement valorisés

• Les catégories du Grand Prix Cap’Com Le Grand Prix Cap’Com est organisé en 7 catégories thématiques représentant les grandes fonctions de la communication publique territoriale. Leur dénomination s’entend de manière large et permet à tout dossier de concourir au prix. Chaque candidat détermine la catégorie dans laquelle il souhaite présenter son dossier. Néanmoins, les jurys ont la possibilité de reclasser un dossier dans une autre catégorie s’ils le jugent pertinent et favorable au dossier. Les catégories sont les suivantes :

Communication comportementale Toute stratégie ou plan de communication, tous supports ou actions spécifiques qui visent à faire évoluer les comportements individuels ou collectifs des citoyens, des usagers, dans des domaines tels que le développement durable (transport, mobilité, tri des déchets, environnement…) ou la citoyenneté (sécurité, discrimination, incivilités, nutrition, santé...).

Communication citoyenne Tout dispositif qui vise à promouvoir les comportements ou engagements citoyens au sein d’une collectivité ou d’un organisme (volontariat, lutte contre les discrimination, conseils municipaux d’enfants et de jeunes, démocratie participative, inscription sur les listes électorales, etc.)

Attractivité et marketing territorial De la promotion économique et touristique aux politiques d'accueil, de la volonté de faire évoluer son image à celle de caractériser sa personnalité, toute stratégie de communication qui, à l'interne comme à l'externe, donne corps au territoire et permet de dépasser le millefeuille institutionnel.

Communication culturelle et évènementielle De l'événement culturel à l'opération de démocratie participative, toute opération d'animation de proximité, dont l'objectif est de créer ou de renforcer le lien social et le lien identitaire entre l'habitant et son « pays », sa ville, son quartier...

Communication d’accompagnement de projets Du plus grand au plus petit, de l'infrastructure majeure à l'opération cœur de ville, de l'opération de renouvellement urbain à la transformation de la voirie, toute campagne qui donne à voir, connaître et comprendre ce que chantier veut dire...

Communication institutionnelle Tout dispositif ou support qui concourt à faire connaître et comprendre les fonctionnements, pouvoirs et compétences, missions et actions de l'institution, tout ce qui participe à les rendre visibles, lisibles et appréhendables par les citoyens.

Communication interne Toute opération ou tout dispositif de communication interne destiné aux agents ou élus et dont les objectifs sont de favoriser la compréhension des projets de la collectivité ou de l’institution, de créer du lien ou encore de valoriser les métiers. NB : les publications internes sont examinées au Prix de la presse territoriale.

Deux prix spéciaux, hors catégorie sont décernés parmi l’ensemble des dossiers présentés :

Prix Cap’Com – Anacej spécial jeunes Il est décerné par un jury composé de représentants des conseils d’enfants et de jeunes membres du réseau Anacej. Une sélection d’une dizaine de campagnes présentées au jury pro est soumise au regard des jeunes qui décernent leur prix indépendamment des délibérations des autres jurys.

Prix de la « Créa » Le prix de la « Créa » est décerné par les trois jurys par un vote.

Le Grand Prix Cap’Com est décerné par le Grand Jury parmi les campagnes nominées par le jury pro, toutes catégories confondues.

III. VALORISATION DES CAMPAGNES PRIMÉES

• Le palmarès Le palmarès complet est dévoilé à l’occasion du Forum de la communication publique et territoriale. La cérémonie de remise du 35e Grand Prix Cap’Com se tiendra le jeudi 7 décembre 2023 à Toulouse. La cérémonie de remise des prix est l’occasion de découvrir les campagnes lauréates, les tendances ainsi que les meilleures pratiques du moment. Les candidats primés s’engagent à venir récupérer leur prix.

• Valorisation des lauréats Le Grand Prix Cap’Com est un véritable observatoire de la communication des collectivités locales et des organismes publics. Les campagnes primées reflètent des tendances et des bonnes pratiques qui sont partagées avec l’ensemble des professionnels du réseau de la communication publique et territoriale.

Un kit de communication est fourni aux lauréats pour valoriser l’obtention du prix Cap’Com sur l’ensemble des supports à leur disposition.

Les campagnes récompensées sont régulièrement présentées dans les supports d’information du réseau. Les lauréats peuvent être amenés à présenter leur publication lors d’événements professionnels tels que le Forum Cap’Com ou les Rencontres nationales de la communication publique. Les publications peuvent également être amenées à intégrer le benchmark de Cap'Com.